Diebold vise 30% du marché des guichets automatiques

Distribuée depuis 2009 à  travers un prestataire, la marque détient aujourd’hui 6% des parts de marché. La société cherche à  consolider les partenariats avec les banques marocaines de la place pour accompagner leur expansion en Afrique.

Le spécialiste américain des automates bancaires Diebold ouvre une représentation commerciale à Casablanca. Présent au Maroc depuis 2009 à travers un prestataire, Munisys, Diebold a réussi à accaparer un peu plus de 6% de parts de marché avec 400 guichets automatiques de la marque installés jusqu’à présent. Un début encourageant mais pas du tout suffisant pour la direction qui affiche clairement ses ambitions d’atteindre les 30% de parts de marché dans les 3 à 4 années à venir. «Le marché de la monétique au Maroc présente un réel attrait avec un potentiel de développement très intéressant. Il est appelé à connaître une expansion de 45% à l’horizon 2018», explique Xavier Bianne, vice-président et directeur des ventes pour l’Europe de l’Ouest, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMOA). D’après les derniers chiffres du Centre marocain interbancaire (CMI), le réseau totalisait 6 234 GAB installés en 2014.

La présence directe permet d’offrir une continuité de service aux clients

«Il faut préciser toutefois que le vrai potentiel de développement se situe davantage du côté des solutions logicielles et des services à valeur ajoutée proposés sur les automates bancaires, tels que le paiement des factures, la publicité et les services sans carte», nuance Xavier Bianne. Car si 80% de l’offre de Diebold concerne les produits standards prêts à être installés sur n’importe quelle machine partout dans le monde, les 20% restants concernent ce que l’on appelle le custom service. Une manière de se différencier d’une concurrence déjà bien installée en proposant des solutions sur mesure pour les clients intéressés. «Pour l’instant, ce sont uniquement les produits standards qui sont installés au Maroc, mais nous espérons prochainement démarrer ce genre de démarche de customisation avec les banques marocaines», déclare Antonio Antonuccio, vice-président EMOA.

Dans un premier temps, il s’agit donc pour le spécialiste de disposer d’une représentation commerciale visant à être encore plus à l’écoute des clients avant de passer à la prochaine étape qui consiste à créer une équipe d’expertises techniques et de conseil afin de proposer à ces mêmes clients des produits personnalisés. Cette présence directe permettra d’offrir une continuité de service aux clients globaux et régionaux implantés dans les pays voisins mais également de consolider les partenariats existants avec des banques de la place comme Attijariwafa bank, BMCE bank, BMCI ou Crédit du Maroc et d’accompagner leur expansion en Afrique.

A noter que sur un guichet de base, la partie hardware coûte à la banque entre 50 000 à 60 000 DH, ce qui ne représente que 15% du prix global du guichet auxquels s’ajoutent les frais liés au transfert de fonds, au placement, à l’assurance ou encore la partie logicielle. Des frais auxquels Diebold compte s’attaquer en proposant des produits innovants qui pourront les réduire.