Dideva, une nouvelle marque de vêtements ethniques lancée à  Fès

Implantée à  Fès, la société dénommée Didevafrica est créée par une Sénégalaise. 699 DH pour une robe ou un pantalon, 3 500 DH pour le caftan marocain revisité à  l’africaine. Une partie des recettes seront destinées aux oeuvres caritatives, au Maroc et au Sénégal.

Didevafrica, entreprise marocaine créée en 2010, se lance dans la confection du vêtement ethnique. Objectif : la promotion de la culture subsaharienne. Derrière cette aventure, il y a Awa Diakhate, Sénégalaise résidant au Maroc depuis onze ans et directrice marketing et communication de Riad Fès Relais et Châteaux. Au-delà de son activité dans le tourisme, Awa Diakhate a toujours eu un penchant pour l’art ainsi que la mode et le design. En 2011, elle ouvre une galerie où sont exposés des statues, des tableaux et des habits africains. Mais la crise, explique Mme Diakhate, a coupé court à cette expérience. La galerie a fermé certes, mais l’idée de la promotion de la culture africaine a survécu. Awa se lance ainsi dans la confection du vêtement ethnique sous la marque Dideva.

Dideva s’inspire de cette symbiose des cultures sénégalaise, marocaine et française.  «Notre marque véhicule ce message de brassage culturel, un rendez-vous du Donner et du Recevoir», explique Mme Diakhate qui souligne qu’une grande partie des recettes des ventes de Didevafrica sera destinée à des œuvres sociales et humanitaires au Maroc et au Sénégal.

Les collections sont commercialisées lors de soirées privées et sur internet

Les collections dessinées par Awa Diakhate seront commercialisées lors de soirées privées et sur internet. Mais le lancement officiel de la marque est prévu pour le 8 Mars prochain à l’occasion de la journée mondiale de la femme parce que, tient à préciser la patronne de Didevafrica, «Dideva est avant tout féminine et prône la beauté de la femme». 

Confectionnées dans des tissus africains (bazin, wax, la soie, la crêpe), les collections qui comptent 60 à 80 modèles sont réalisées par un réseau de tailleurs et d’artisans de la ville de Fès et du Sénégal sélectionnés par l’entreprise. «Les modèles sont inspirés de la mode contemporaine, des habits de tous les jours, de la couture sénégalaise et des caftans marocains. Les collections portent sur des pantalons, des robes, des jupes, des chemises et des polos», explique Mme Diakhate qui souligne que les tissus sont importés du Mali, du Sénégal, du Bénin, du Burkina-Faso, de l’Asie et de l’Italie. Certains tissus et accessoires sont achetés à Fès. Parmi les accessoires utilisés, on peut citer les perles en ébène, les noix de cajou, des cauris, des fruits sauvages, du cuivre et la ceinture marocaine.

Les pantalons et les robes sont vendus entre 699 et 999 DH. Pour les caftans faits à base de pagne tissé à la main, le prix est fixé à partir de 3 500 DH. Didevafrica table pour sa première édition sur un chiffre d’affaires variant de 75 000 à 110 000 DH.