Devico, propriétaire des marques Aicha, double le capital de sa filiale Oleafood

L’apport d’argent frais sert à  financer l’acquisition de nouveaux équipements. La société permet à  sa maison mère de sécuriser ses approvisionnements en olives.

Le groupe Devico, plus connu par ses marques alimentaires Aïcha (tomate, confiture, olive, huile végétale), fabriquées essentiellement par Les Conserves de Meknès (LCM), consolide son positionnement dans l’oléiculture.
Il vient en effet de doubler le capital d’Oleafood, filiale spécialisée dans la production d’olives et de semences de céréales, de 5 à 10 MDH.
L’injection d’argent frais est destinée à financer l’acquisition de nouveaux équipements pour la société, dont des tracteurs et des moissonneuses batteuses. Il est à rappeler que Devico intervient dans la fabrication d’huiles de tournesol et d’olives depuis plusieurs années et l’huile d’argan depuis peu. En plus de l’unité de raffinage Aïcha (huile végétale) inaugurée en 2000, il exploite une huilerie moderne d’une capacité de traitement de 500 t d’olives par jour, répondant aux standards de qualité les plus exigeants (certifié ISO 9001 version 2000 et agréé par la FDA américaine). Cette unité fabrique essentiellement de l’huile d’olive extra vierge de première pression à froid, dont la plus grande part est exportée.

Le groupe emploie plus de 1 000 personnes à Meknès

Oleafood permet au groupe, un des premiers employeurs de la ville de Meknès avec un effectif avoisinant les 1 000 personnes, et premier exportateur locale de truffes blanches et de câpres (Marocâpres), de maîtriser sa chaîne d’approvisionnement, ce qui est primordial pour un opérateur récemment certifié ISO 22000 (norme stricte de sécurité alimentaire), sans compter les autres labels qualité qu’il détient (ISO 9001 et ISO 14001).
Avec d’autres poids lourds de l’agro-industrie, tels Olico (groupe Somed), Olea Capital (société d’investissement co-promue par la Société Générale et le Crédit Agricole) et Lesieur, le secteur oléicole au Maroc est sur une voie encourageante avec une production annuelle en croissance constante et un positionnement de plus en plus à meilleure valeur ajoutée. Le Plan Maroc Vert prévoit dans cette lancée une production de 300 000 tonnes d’huile d’olive à l’horizon 2020 dont plus du tiers destiné à l’export, contre moins de 80 000 tonnes à l’heure actuelle.