Deux sociétés espagnoles investissent au Maroc dans le domaine de la chimie

Une des sociétés est spécialisée dans les additifs pour l’industrie plastique et l’autre dans les peintures hydrosolubles. Elles cherchent de nouveaux relais de croissance en dehors de leur marché traditionnel.

Si plusieurs groupes espagnols, en proie à des difficultés financières, ont quitté le Maroc en 2010 ou ont renoncé à des projets d’investissements programmés, et ce, dans une logique de recentrage sur leur marché de prédilection, d’autres investisseurs ibériques ont pris le chemin inverse notamment pour ouvrir de nouveaux relais de croissance alors que leurs marchés domestiques ne cessent de se rétrécir.    
C’est ainsi que deux industriels catalans viennent d’investir cumulativement près de 40 MDH, soit pour renforcer une capacité de production existante, soit pour développer une nouvelle unité industrielle. Le premier est Colores & Compuestos plasticos Maroc (CCPM), qui est présent au Maroc depuis 1999, et dont le capital social a été hissé de 8,4 à 14,3 MDH, soit un apport de 5,9 MDH. Cette deuxième augmentation de capital en quatre ans (après celle de 2006) est destinée à augmenter la capacité de production du site industriel de Sidi Bernoussi (Casablanca) de ce spécialiste des additifs, compounds et autres concentrés de couleurs utilisés dans l’industrie plastique. La maison mère, basée à Barcelone, renforce ainsi son dispositif industriel à l’étranger qui compte, outre la filiale marocaine, deux unités de production en Italie.

Les deux investissements totalisent 40 MDH

Le second, Industrias Titan, dont le chiffre d’affaires 2009 (127 millions d’euros ou 1,4 milliard de DH) est en recul de 9% à cause de la crise immobilière en Espagne, a investi 3 millions d’euros (33 MDH), à Tanger, dans une nouvelle unité de production spécialisée dans les peintures hydrosolubles. Cette usine est construite dans la zone industrielle de Gzenaya sur un terrain de 8 000 m2. Ce groupe catalan s’attaque ainsi à un marché marocain en pleine croissance et ambitionne d’ériger Industrias Titan Maroc en tête de pont pour exporter vers d’autres pays maghrébins. Avec une capacité de production annuelle de démarrage de 10 000 tonnes, cette première filiale industrielle pour le Groupe Titan en dehors de la péninsule ibérique vise à réaliser un chiffre d’affaires dépassant les 100 MDH à l’horizon 2014.
On le voit, le maintien des flux commerciaux et opérations d’investissements directs étrangers (IDE), entre le Maroc et l’Espagne, semble transcender les nuages qui s’amoncellent dans le ciel des relations politiques entre les deux voisins.