des vérité sur le déficit budgétaire au Maroc

Bendaoud El Mataoui vient de nous gratifier d’un ouvrage, fruit d’un travail de recherche pour l’obtention du doctorat d’Etat en économie, qui jette une lumière crue sur un sujet assez souvent controversé, généralement accessible aux seuls initiés : le déficit budgétaire.

Bendaoud El Mataoui vient de nous gratifier d’un ouvrage, fruit d’un travail de recherche pour l’obtention du doctorat d’Etat en économie, qui jette une lumière crue sur un sujet assez souvent controversé, généralement accessible aux seuls initiés : le déficit budgétaire. En dépit de sa qualité d’administrateur au ministère des finances,M. ElMataoui n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dans son analyse des statistiques officielles relatives notamment au déficit budgétaire. Ce n’est pas le moindre de ses mérites que d’avoir, systématiquement, soumis celles-ci à la critique.Contre l’opinion (officielle) dominante, selon laquelle les finances publiques se portent bien,M. ElMataoui estime qu’ «au Maroc, les modes de calcul des soldes budgétaires ainsi que la structure désagrégée des recettes et des dépenses reposent sur des pratiques opaques et relèvent encore du secret professionnel ». Par ces temps où les chiffres officiels annoncent un solde budgétaire presque en équilibre, voire excédentaire, la lecture de ce livre peut s’avérer très utile.