Des primes exceptionnelles au personnel font chuter le résultat de Méditel de 16,2%

Son chiffre d’affaires au cours du premier semestre 2010 a crû de 5,5% mais sa marge nette reste faible : 2,2%. Son résultat d’exploitation grimpe de 13,6% mais les charges financières en absorbent 63%.

Premier semestre en demi-teinte pour le deuxième opérateur télécoms du pays. Un an après être passé sous le giron du groupe français Orange, Meditelecom affiche des résultats semestriels inférieurs à ceux réalisés de janvier à fin juin 2010, avec un résultat net social (hors activité des filiales) de 64,2 MDH, en baisse de 16,3% pratiquement, alors que le chiffre d’affaires, lui, a connu une progression de 5,5%.
«Dans la conjoncture actuelle et vu les conditions du marché, ce niveau de croissance du chiffre d’affaires reste assez satisfaisant», commente Mohamed Elmandjra, le DG de l’entreprise, qui met en avant l’impact de la crise économique. Cet impact, poursuit M. Elmandjra, est indéniable et ce, à deux niveaux. Le premier se situe au niveau du pouvoir d’achat du consommateur marocain. La crise l’a affecté. Deuzio, la crise internationale a impacté fortement l’arrivée des touristes qui constituent un gisement important de nos revenus roaming. Je dirais que notre résilience à cette crise a été assez bonne comparativement à d’autres entreprises dans ce secteur. La performance est effectivement honorable quand on sait, par ailleurs, que le chiffre d’affaires de Maroc Telecom, opérateur historique du secteur, a lui baissé de 2,9% (comptes sociaux).

La masse salariale s’est alourdie de 32%, soit 70 MDH

Mais l’avantage s’arrête-là. Si Meditelecom a effectivement développé son activité et même amélioré de manière substantielle son résultat d’exploitation semestriel qui passe à plus de 300 MDH et augmente de 13,6%, grâce à une baisse des dotations aux amortissements, le résultat net de l’opérateur, lui, chute de 16,2% (-8,7% pour IAM) et n’enregistre, à l’issue des 6 premiers mois de 2010, que 64,2 MDH, soit une marge nette de 2,2%, alors que celle de son concurrent dépasse les 30%. Il faut dire que la comparaison est biaisée par le fait que Meditelecom doit encore tenir compte d’un endettement qui plombe ses comptes : ses charges financières, atteignent, pour six mois, 189 MDH, si bien que son résultat financier absorbe 63% de son résultat d’exploitation.
Ces charges financières étant cependant récurrentes, et à peu près stables, elles n’expliquent toutefois pas la baisse du résultat net, et ce, d’autant que le volume d’activité est en hausse. De fait, une charge exceptionnelle est venue s’ajouter à la masse salariale de l’opérateur qui a grossi de… 70 MDH en un semestre, soit un surplus de 32%. M. Elmandjra explique que «suite à la cession des 40% du capital social à Orange, les actionnaires avaient décidé de consentir une prime exceptionnelle et identique à tout le personnel de Méditel. Hors effet de cette prime, poursuit le DG, le résultat net serait en hausse de 46%. Les actionnaires tenaient à remercier le personnel qui a fait de Méditel un fleuron de l’économie marocaine».