Des managers parlent de ce que leur a apporté la mise à  niveau

Nous avons commencé notre mise à  niveau sans aide extérieure. En 1999, nous avons ressenti le besoin d’installer un système d’information intégré pour avoir une meilleure visibilité et gagner du temps en termes de prise de décision et de réactivité.

Mohamed Faouzi Zangui
DG adjoint de SINFA (filtres et câblages destinés à l’automobile)
«Gagner en réactivité et avoir une visibilité sur tous les postes»
«Nous avons commencé notre mise à niveau sans aide extérieure. En 1999, nous avons ressenti le besoin d’installer un système d’information intégré pour avoir une meilleure visibilité et gagner du temps en termes de prise de décision et de réactivité. Nous avons donc opté pour l’acquisition d’un logiciel qui nous a coûté 2 MDH. Malheureusement, nous nous sommes heurtés dans un premier temps à un problème de compétence locale pour l’installation du logiciel. L’intégrateur que nous avions engagé s’est trouvé dépassé par les événements. Il a fallu faire appel à des compétences extérieures et cela coûte cher : 15 000 DH par jour en devises.
Nous avons alors eu l’idée de nous adresser à EME (Euro Maroc Entreprises) pour nous accompagner dans ce projet, dans le cadre d’un financement MEDA. Avec les consultants d’EME, nous avons procédé à un diagnostic qui a mis en évidence nos besoins en information et, à partir de là, nous avons déterminé le nombre de jours nécessaires pour la mise en place du système, une centaine au total. Faites le calcul… Nous avons demandé que ce soit l’intégrateur attitré de l’éditeur du logiciel qui fasse la mise en place. Aujourd’hui, le retour sur investissement est évident car notre base de données permet une visibilité sur tous les postes.»

Abdelhamid El Glaoui
DG de Globe Marine (société de consignation de navires)
«Une certification qualité qui nous permet d’éviter les faux problèmes»
«Nous sommes une petite société de services de 15 personnes et travaillons essentiellement avec des armateurs étrangers. Nous nous occupons de leurs bateaux avant, pendant et après leur transit par les ports marocains. Nous nous sommes lancés dans une opération de mise à niveau qualité avec, en bout de parcours, une certification ISO 9001-2000 obtenue en 7 mois. Nous avons procédé, avec le soutien d’Euro Maroc Entreprises, au découpage de notre activité en processus. Nous avons introduit des procédures à l’intérieur de chaque processus. Par exemple, chaque demande émanant d’un client devait avoir une réponse au bout de deux heures et chaque étape de ce processus devait être enregistrée. Une telle méthode, que nous ne pratiquions pas avant, nous a permis de cerner la tâche de chaque employé et de le responsabiliser. Ainsi, quand une erreur survient, on en identifie instantanément l’origine. Une telle méthode nous a permis aussi d’avoir une meilleure gestion financière, notamment pour ce qui est du recouvrement auprès de nos clients étrangers. La personne à qui échoit cette tâche est tenue de contacter les fournisseurs à intervalles réguliers et de laisser les traces de ses contacts.
De même, au lieu de tenir des réunions d’urgence chaque fois que se pose un problème, on a opté pour des réunions mensuelles auxquelles tout le personnel assiste, y compris le coursier et la femme de ménage. Chacun peut exposer les problèmes qu’il rencontre. Ces réunions nous ont permis par exemple de déceler les besoins en formation du personnel.
Le chiffre d’affaires de la société n’a certes pas explosé mais l’entreprise se porte mieux, ne serait-ce que grâce à une meilleure communication. Et ça ne nous a pas coûté plus de 80 000 DH.»

Boubker Idrissi Qaitouni
Associé Interlinges (textile habillement /lingerie)
«Productivité et compétitivité en hausse»
«Dès la création de la société en 2000, nous avons cherché, mon associé et moi, à impulser à la société un niveau de productivité aux standards internationaux pour affronter la concurrence, notamment asiatique. Nous avons donc commencé par créer, avec le soutien de l’AMITH, le secrétariat d’Etat chargé de la formation professionnelle et l’OFPPT, une école interne à l’entreprise où nous formons aussi bien des couturières que le personnel d’encadrement pour répondre aux besoins de nos ateliers. Il faut dire que la niche de la lingerie féminine reste un marché très porteur dès lors que l’on se bat à armes égales avec les concurrents. Nous avons fait rapidement appel à EME pour l’établissement d’un diagnostic stratégique destiné avant tout à clarifier cette mise à niveau et à passer à la vitesse supérieure, en mettant en avant nos atouts, c’est-à-dire notre réactivité, notre proximité des marchés donneurs d’ordre et la qualité de nos produits finis. De même, nous avons décidé de mettre en place deux groupes flexibles qui nous permettront, sans perturber les chaînes de production, de répondre à des demandes en petites séries, etc.
Nous nous engageons actuellement dans un processus de certification avec le soutien de la GTZ, et nous perfectionnons notre système d’information par l’acquisition de nouveaux logiciels peuvant, en un temps record, calculer nos prix de revient.
Ceci étant, il faut signaler que, depuis la création de l’entreprise, qui emploie aujourd’hui 300 personnes, nous réinjectons tous nos bénéfices dans ces opérations. Car si, pour le volet expertise, le soutien de l’ANPME (Agence nationale de la PME) est total, il n’en va pas de même quand il s’agit d’acquisition de machines car la lenteur des banques qui gèrent les lignes de crédits nous pousse à nous replier sur notre trésorerie, qui en pâtit à coup sûr.»

André Lionel
DG de Caroline (textile-habillement)
«Des méthodes de production modernisées»
«Ce qui nous a fait prendre conscience de la nécessité d’une mise à niveau, c’est le recul de notre niveau de productivité et le fait que nos marges bénéficiaires devenaient de plus en plus faibles.
Nous avons donc sollicité l’accompagnement de EME pour une mise à niveau des méthodes de production, de même que nous avons affiné la formation de notre encadrement à l’ESITH. Le résultat s’est vite fait sentir et s’est traduit par une prise de conscience chez le personnel de la nécessité d’améliorer la qualité du produit et la rapidité d’exécution.
Par ailleurs, nous nous sommes constitués en consortium avec d’autres entreprises pour lancer un plan d’action pour 2005. Notre projet a bénéficié de l’expertise et de l’assistance de l’ANPME, mais nous sommes aussi soutenus par d’autres organismes comme l’AMITH, le CMPE (Centre marocain pour la promotion des exportations) et la SMEX. L’évolution vers la mise en place d’outils de soutien aux entreprises est très positive même si elle a été lente».