Des imprimantes laser couleur à  3 000 DH et des consommables à  5 000 DH !

Les imprimantes sont de plus en plus abordables mais les recharges deviennent trop chères.
Les entreprises se rabattent sur le recyclage et la contrefaçon.

Paradoxal ! A l’heure où les imprimantes sont devenues très abordables, les cartouches d’encre, elles, suivent le chemin inverse et le même scénario vaut pour les fax. Nombre d’entreprises se plaignent de l’augmentation de la charge de fournitures informatiques. A l’exemple de ce patron de PME qui, séduit par le prix d’imprimantes laser couleur à 3 000 DH, en a équipé ses directeurs pour se retrouver avec une facture salée au bout de quelques mois. «Pour chaque imprimante, il y a quatre cartouches et chacune vaut près de 1 300 DH. A ce prix-là, plutôt que de changer les cartouches mieux vaut acheter un nouvel appareil comprenant des consommables prêts à l’usage», ironise-t-il. Problème, selon l’usage, les cartouches ne se désemplissent pas dans la même durée, ce qui oblige à en changer progressivement. Le résultat est que de plus en plus d’entreprises se rabattent sur les produits génériques, moins chers. Et il y a un peu de tout dans ce domaine, du recyclable aux produits de contrebande, en passant par la contrefaçon. Contrairement aux contrefacteurs, les recycleurs, eux, en exercent une activité tout à fait licite : ils remplissent les cartouches vides d’encre spéciale.
Il en est ainsi d’Encre Service  dont l’activité couvre la recharge encre et toners toutes marques, de cartouches laser et jet d’encre ainsi que la récupération et la collecte des cartouches diverses. Le prix de la recharge va de 30 à 200 DH. Ce marché compte aussi un grand opérateur comme Armor qui n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Les fabricants proposent des solutions «intelligentes»

Les distributeurs des produits de marque comme HP, Brother ou encore Epson surveillent de près l’évolution de cette activité. Chez Disway, qui a accepté de répondre aux questions de La vie éco, on attire l’attention sur deux aspects : les prix des produits d’origine qui restent compétitifs parce qu’ils démarrent à partir de 125 DH pour les encres et 750 DH pour les toners -mais que cache un prix «à partir de …» ?- et la qualité des produits. Il est expliqué que les produits adaptables peuvent endommager le matériel ou, dans le meilleur des cas, revenir plus chers car ils permettent moins d’impressions en quantité. Des fabricants comme HP Maroc développent pour leur part un autre argumentaire. Selon eux, il faut cesser de scruter le consommable sous l’angle étroit d’un simple compte de dépense. Ce que le fabricant propose c’est une solution de service. En d’autres termes, à travers un contrat «étudié», le client est déchargé de tout ce qui se rapporte à l’imprimante, qu’il s’agisse du changement de toner ou de l’entretien. Mais à quel prix ?