Des experts exhortent les Etats à relancer le marché du carbone

Le principe d’un prix carbone universel n’est adopté que par 40 pays. Un appel est lancé pour une production d’une énergie durable neutre en carbone.

Au cœur des débats depuis plusieurs années, la tarification du carbone est devenue un outil majeur de la lutte contre les changements climatiques. C’est dans ce contexte que s’est déroulé le forum «Vision 360° sur le carbone» les 15 et 16 juillet à Marrakech. Réunissant de nombreuses personnalités dont Hakima El Haite, ministre chargée de l’environnement, des experts nationaux et internationaux et des représentants du secteur privé et public, ce rassemblement a mis en évidence les outils permettant la transition vers une économie durable et verte, et ce, en se focalisant sur la mise en place d’un prix carbone universel, un principe déjà existant mais adopté que par 40 pays. L’événement avait l’objectif d’aboutir à un mécanisme universel de redistribution des fonds issus du marché carbone afin de faire valoir l’accord de Paris, permettant ainsi le financement des projets écologiques dans les pays en voie de développement.

Entreprises et particuliers encouragés à consommer des produits décarbonés

Le forum était aussi l’occasion de faire appel au secteur énergétique pour qu’il puisse mettre en œuvre toute les réformes et les actions pour modifier le choix du mix énergétique  laissant place à la production d’une énergie durable neutre en carbone. «Il faut agir pour la décarbonatation de tous les secteurs industriels et la mise en place d’un prix carbone qui pourrait être à un niveau dissuasif pour permettre aux industries optant pour les énergies renouvelables de se développer rapidement», a déclaré Amina Benkhadra, DG de l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym). Le Maroc a de ce fait présenté sa recette pour réussir la transition énergétique. Laquelle recette s’articule autour de la réduction des subventions aux énergies fossiles, l’incitation aux partenariats public-privé, l’élévation des prix de l’électricité et du carbone pour orienter le particulier ou l’entrepreneur vers les nouveaux produits décarbonés, et la fixation d’un prix carbone juste qui soit facilement applicable. Par ce modèle, le Maroc peut donner l’exemple grâce à sa stratégie énergétique et son plan de développement des énergies renouvelables, à savoir les plans solaires et éoliens, menée à ce jour avec volonté et détermination. Avec ce modèle, en plus d’une coopération internationale accrue, les nouveaux défis pourront être relevés, explique en substance Mme Benkhadra.