Des cadres retraités offrent leurs services aux entreprises

Ils ont constitué une association à but non lucratif, baptisée Ectim (Echanges, consultations et techniques Maroc), qui regroupe déjà 50 membres.
Les missions d’assistance sont gratuites mais les frais de déplacement sont à la charge du requérant.

Une association marocaine de retraités – la première du genre au Maroc et en Afrique, selon ses promoteurs – vient de naître et met son expertise au service de l’entreprise marocaine moderne. Elle s’appelle Ectim (Echanges, consultations et techniques Maroc) et se veut un relais actif de connaissance et de savoir-faire entre «juniors» et «seniors».
Pour Abderrafii Menjour, son fondateur, cette association à but non lucratif, qui réunit déjà quelque 50 membres, «se veut un vecteur de développement et un allié des décideurs pour augmenter la performance de l’entreprise dans les domaines du management». L’ancien patron de la Samir estime que ce serait du gâchis que de ne pas puiser dans la capitalisation d’expériences et de savoir-faire accumulée par les hauts cadres mis à la retraite «après de bons et loyaux services». D’une part, les entreprises marocaines y trouveraient leur compte et les retraités eux-mêmes, en étant sollicités pour des missions d’utilité publique, trouveraient leur apport valorisé au lieu d’être livrés à l’oisiveté.

Les entreprises désireuses d’utiliser le réseau versent une cotisation variant entre 10 000 et 40 000 DH/an
Comment fonctionne Ectim, comment y faire appel et combien coûtent ses interventions ? L’association marocaine, qui s’appuie sur son homologue française, peut être sollicitée par n’importe quelle entreprise sur un domaine de compétence donné. Son apport peut se faire sous forme d’étude ou de séminaires ou encore, à la demande, d’intervention directe pour diagnostic ou avis.
Ces contributions ne sont pas payantes, mais l’entreprise requérante doit prendre en charge les déplacements et les frais de mission de l’équipe ou du membre intervenant. Par contre, toute entreprise qui fait appel aux services d’Ectim en devient membre et devra verser une cotisation annuelle qui varie entre 10 000 DH et 40 000 DH, selon sa taille. Il est ainsi possible de bénéficier de l’assistance du réseau à chaque fois que le besoin est exprimé.
Par ailleurs, explique Abderrafii Menjour, «nous nous engageons à ne jamais nous immiscer dans la marche des entreprises auxquelles nous apportons notre concours, un concours purement consultatif, remis aux seuls décideurs, et en toute confidentialité».

L’association a déjà son site internet
Comment est née Ecti Maroc ? Abderrafii Menjour explique que, après son départ à la retraite, en 2001, il a mis quelque temps avant de se rendre compte que le savoir-faire qu’il avait capitalisé depuis le début de sa vie active, en 1965, devait être mis au service de la communauté. «Rupture et changement de statut ont été assez brutaux», résume l’ancien DG de la Samir. C’est ainsi qu’il a commencé à rallier à sa cause d’autres hauts cadres qui ont vite fait de souscrire à l’esprit de son projet. Aujourd’hui, la structure est opérationnelle, avec une adresse au 2, rue
Jalal Eddine Assayouti à
Casablanca (site : www.ectime.fr.st)

Ils s’engagent à ne jamais s’immiscer dans la marche des entreprises auxquelles ils apporteront leur concours, un concours purement consultatif, remis aux seuls décideurs, et en toute confidentialité.