Des cadeaux pour les textiliens

Les investissements en amont de la filière bénéficieront d’une aide de 20% de l’Etat, au lieu des 10% habituels

La tarification de l’eau à usage industriel sera revue.

Les sept gros dossiers d’investissement, portant sur une enveloppe globale de 10 milliards de DH (voir La Vie éco du 3 septembre 2004), ont finalement demandé plus de travail que prévu. La commission interministérielle des investissements s’était en effet réunie le 7 septembre, sous la présidence du Premier ministre, avec pour objectif de statuer de manière définitive sur les projets soumis par Lafarge, Holcim, Legler, Settavex, Fruit Of The Loom et Samir. Mais au terme d’une séance prolongée, plusieurs points sont restés en suspens, à l’exception du dossier de Lafarge, portant sur un programme de 1,4 milliard de DH, pour lequel la commission a accédé à la demande du cimentier en agréant un montant de 33 millions de DH au titre de la contribution de l’Etat. Ce dernier prendra notamment part aux dépenses d’achat du terrain, situé à Bouskoura, et de la construction d’une route d’accès au site.
Pour l’autre cimentier, Holcim, qui demandait une contribution de 20 millions de DH pour la réalisation d’une nouvelle cimenterie à Settat, la commission a préféré reporter l’examen du dossier.
Mais les dossiers les plus difficiles ont été incontestablement ceux de la filière amont du textile et de la Samir. A tel point que d’autres réunions ont dû être programmées vendredi 10 et mardi 14 septembre. Des comités restreints ont planché, à la demande de Driss Jettou, sur les points en suspens.

La Samir doit faire mieux pour sécuriser son site de Mohammédia
Ainsi, selon des sources proches du dossier, une des grandes décisions prises par la commission des investissements concerne la contribution de l’Etat. Dorénavant, pour les projets dans la filière amont du secteur textile (tissage, filature…), la contribution de l’Etat sera de 20%, prise en charge pour moitié à travers le Fonds Hassan II et pour le reste à travers le Fonds de promotion des investissements. Selon un membre de la commission, la décision a été prise, mais son application nécessitera la modification et l’amendement du décret d’application de l’article 17 de la charte d’investissement. D’ailleurs, le Premier ministre a demandé au Secrétariat général du gouvernement de faire en sorte que cet amendement soit publié le plus tôt possible au Bulletin officiel.
Deuxième bonne nouvelle: pour les demandes spécifiques concernant notamment la tarification de l’eau à usage industriel, ils semble que les comités restreints ont abouti à un accord pour la baisse des tarifs appliqués aux entreprises opérant dans la filière amont du secteur textile, connues pour être de grandes consommatrices d’eau (voir «En direct», p.5)
Quant au dernier projet à l’étude, les 6 milliards de DH d’investissement projetés par la Samir, les points en suspens semblent se régler progressivement. «Pour le gouvernement, le plus important aujourd’hui est que la Samir doit nous donner toutes les garanties en matière de sécurité», commente un membre de la commission. En d’autres termes, le gouvernement est prêt à accéder, dans la limite du possible, aux doléances de la Samir, à condition que cette dernière fournisse plus d’efforts pour sécuriser son site de Mohammédia