Déjà  42 000 abonnés à  l’ADSL

Les ménages représentent 60 % de la clientèle contre 40 % de PME

Les opérateurs prévoient d’atteindre 200 000 abonnés en 2005.

Contrairement à l’internet classique qui a peiné à démarrer, l’ADSL a bien marché au Maroc et les chiffres le montrent de manière édifiante. Selon Maroc Telecom, on est passé de 2 500 clients à fin 2003 à plus de 42 000 accès au 30 septembre 2004.
Ce succès tient d’abord à un besoin car la clientèle ciblée est passée d’une utilisation basique (lecture du courrier ou recherche de données), à des besoins plus pointus (téléchargement d’informations à usage professionnel ou scolaire, d’encyclopédies entières ou encore de musique et de films).
Parallèlement au développement des besoins professionnels et ludiques, l’offre commerciale a connu une progression qui a plus ou moins collé aux besoins du marché. En effet, on est passé, en très peu de temps, d’une offre internet par paliers limités et surfacturés, à une levée de limitation du temps de connexion, d’abord pendant le week-end et les jours fériés, puis de manière permanente. Le tout accompagné d’une baisse de prix assez remarquable.
Tout cela a joué en faveur du succès de l’ADSL et Maroc Telecom comme Wanadoo sont optimistes quant à l’essor de l’internet à haut débit. Ils s’accordent à penser qu’en 2005, plus de 200 000 clients en seront accros.

Seulement 4 % de la population sont connectés à internet
Il est à rappeler que l’ADSL ne raccorde, en principe, qu’un poste à la fois, ce qui fait qu’il ne peut présenter une offre concurrente pour les lignes spécialisées. Il ne s’adresse pas aux entreprises, à moins que ce ne soit par une ligne consistant, par exemple, à maintenir le contact contrôlé sans volume important, avec un correspondant ou la société-mère, par exemple. Ceci étant dit, les PME peuvent en tirer profit car un accès peut être partagé, au prix d’une perte de vitesse et de qualité, entre 3 et même 4 postes.
C’est donc essentiellement pour les ménages – qui représentent 60 % de la clientèle, contre 40 % de PME – qu’une telle offre peut présenter une opportunité pour le transport des données et des images. Et, aujourd’hui, avec l’accès illimité, l’ADSL correspond à une offre équilibrée pour une utilisation optimisée. Cependant, tout dépend du volume d’utilisation car, par exemple, rien ne sert d’acheter un abonnement sur le «réseau autoroutier» si on n’utilise «l’autoroute» que pendant les vacances d’été.
Quoi qu’il en soit, l’ADSL a convaincu les utilisateurs. Le point faible est le taux de pénétration d’internet, qui est encore très faible au Maroc. Les internautes n’y représentent que 4 % de l’ensemble de la population contre 11 % en Tunisie ou en Egypte. C’est pourquoi l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) a commandité une étude, dont les résultats serviront de base à la conception d’un plan de relance d’internet dans le pays .