Débats animés sur le rôle des experts-comptables dans la performance du secteur public

Cette édition a mis en exergue l’impact des métiers de la comptabilité et de l’audit sur l’efficacité économique et l’amélioration de la gouvernance du public. Des études ont démontré que le niveau de développement d’un pays est en étroite corrélation avec la qualité de sa profession comptable. Elle constitue un outil incontesté de la planification, de la reddition des comptes et du contrôle de la performance.

Le rideau est tombé sur la 5e édition de l’Africa Congress of accountants (ACOA) 2019 organisée du 19 au 21 juin par la Panafrican Federation of Accountants (PAFA) et le Conseil national de l’Ordre des experts-comptables. Tenue sous le thème : «ACOA, pour un secteur public performant en Afrique», cette édition a réuni près de 1000 congressistes venant des différents coins d’Afrique, d’Amérique, et d’Europe. «L’ACOA est un congrès africain certes, mais avec une dimension mondiale puisque la performance du secteur public est un enjeu de développement majeur pour les populations mondiales», expliquent les membres de la PAFA. Pour eux, les éditions du congrès ACOA prévoient systématiquement de consacrer des thématiques au secteur public et au partenariat public-privé pour débattre des projets structurants et des enjeux afférents à la sphère étatique.

Sur ce millier de participants, l’édition 2019 a rassemblé de grandes institutions nationales et internationales, telles que le ministère de l’économie et des finances, la Direction générale des collectivités locales, la Cour des comptes, le ministère de la justice, la Trésorerie générale du Royaume, la Direction des entreprises publiques et de la privatisation, la Fédération internationale des comptables (IFAC), l’Union africaine, le Groupe Banque africaine de développement, des parlementaires et bien d’autres institutions.

Trois grands axes pour analyser l’efficacité et l’efficience du rôle des experts-comptables

A travers un programme scientifique bien documenté et des intervenants de haut vol, ce grand rendez-vous de la profession comptable a mis en exergue l’impact des métiers de la comptabilité et de l’audit sur les performances du secteur public en termes d’efficacité économique et d’amélioration de la gouvernance. Cet impact a été analysé en décortiquant la relation entre le monde comptable et la performance du secteur public sous le triptyque : efficacité – efficience – économie. Selon les organisateurs , le thème de la conférence, «Pour un secteur public performant en Afrique», était une invitation aux parties prenantes et aux partisans de la profession à travers le continent, pour qu’ils puissent apporter leurs connaissances et leur expérience afin de reformuler et de définir le sens du succès dans le secteur public.

Plusieurs séances plénières et panels ont abordé trois axes majeurs lors de cette édition de l’ACOA. Le premier axe a eu trait au rôle que peut jouer des institutions fortes dans la mise en œuvre des politiques publiques et la gestion de la valeur publique réussies en Afrique. Le deuxième axe a concerné l’importance de la pensée intégrée dans la gestion des ressources et de la performance du secteur public dans l’intérêt des pays africains. Et, enfin, la mesure de la performance et l’évaluation des impacts et impératif de redevabilité ont représenté le troisième grand temps de ce rassemblement de la profession comptable.

Aujourd’hui, la PAFA croit fortement que la capacité à développer des compétences institutionnelles permettra l’accélération de la croissance économique et la réduction de la pauvreté en Afrique. «La vision donc de l’ACOA est de travailler dans l’intérêt public en développant la profession comptable en Afrique, et en contribuant à construire de fortes économies au service du citoyen», résument les congressistes.