De plus en plus d’étrangers dans la promotion immobilière

Les plus grands investissements sont destinés aux villes nouvelles, à  Rabat et dans le nord.
Espagnols, Français, Malaisiens et Emiratis sont présents à  travers divers projets d’habitat.

Le secteur de la promotion immobilière au Maroc attire de plus en plus d’investisseurs étrangers. Les deux plus grands projets sont incontestablement Amwaj et Saphira. Sis tous les deux à  Rabat, l’un sur les rives du Bouregreg et l’autre le long de la corniche atlantique comprise entre Rabat et Témara, ces deux investissements sont le fait de deux groupe émiratis. C’est ainsi que Sama Duba௠s’est chargé d’Amwaj, alors que Emaar, autre géant de l’immobilier aux Emirats, a initié Saphira. Investissements prévus pour les deux projets : plus de 10 milliards de dollars, soit 90 MDH environ.

En plus de ces investisseurs du Golfe, nos voisins du Nord semblent également suivre de près la dynamique que connaà®t le secteur de l’immobilier au Maroc. En effet, plusieurs promoteurs espagnols ont choisi d’y investir. A leur tête, Fadesa, aménageur de la station Saà¯dia.

Tamesna et Tamansourt très prisées
A une échelle plus petite, la filiale marocaine du groupe ibérique initie dans les quatre coins du Royaume des projets immobiliers à  la fois résidentiels et économiques. C’est ainsi qu’à  Agadir Fadesa dispose d’un projet de 1 100 logements sur 8 ha. Particularité du projet : près de 40 000 m2 d’espaces verts. A Rabat, le projet de Fadesa est situé à  Hay Nahda, surplombant la vallée du Bouregreg. Il comporte plus de 1 500 logements s’étendant sur plus de 10 ha avec 50 000 m2 d’espaces verts.

D’autres investisseurs espagnols ont choisi pour leur part d’investir dans les villes nouvelles ainsi que dans les nouveaux pôles d’urbanisation.
Renta et Urbass, par exemple, ont ainsi élu domicile à  Tanger, dans le nouveau pôle urbain Ibn Battouta. Ils y construiront près de 2 500 logements. Pour sa part, Marinador a choisi la nouvelle ville de Tamesna, aux portes de Rabat, pour la réalisation de 6 300 logements pour un coût global de 1,6 milliard DH. 20 % d’entre eux seront des logements à  faible VIT (valeur immobilière totale), comme l’exigent toutes les conventions signées entre les promoteurs étrangers et l’Etat marocain. Sa réalisation s’étalera sur une période de quatre années. A Tamesna toujours, la filiale nationale du français Général Contractors construira 7 000 logements pour un investissement global de 1,8 milliard DH, alors que l’entreprise malaisienne Kausar réalisera 5 000 unités de logements pour à  peu près un milliard de DH d’investissement. A Tamansourt, l’Erac Tensift, responsable du projet, a lancé un nouveau type de partenariat par le biais d’un appel à  manifestation d’intérêt international, destiné à  l’aménagement de deux parcs de jeux et de loisirs dans la ville nouvelle, respectivement sur des superficies de 10 et 11 ha. En somme, le secteur a bien le vent en poupe.