De nouvelles perspectives pour le secteur électrique

Les programmes d’investissement de l’ONE lui donnent de la visibilité.

D’importants projets en préparation en Afrique.

Ily a à  peine quelques mois, les membres de la Fenelec (Fédération nationale de l’électricité et de l’électronique) étaient inquiets. Et pour cause, les derniers appels d’offres du Perg (Programme d’électrification rurale globale) qui doit prendre fin en 2009 seront lancés au courant de l’année. Pour la suite, il n’y avait aucune visibilité. Les opérateurs s’interrogeaient sur le sort des 170 entreprises et 35 000 employés du secteur. Aujourd’hui, le ton a changé. «Des investissements massifs ont été réalisés dans le cadre du Perg. Un effet boule-de-neige va se produire puisque de nouvelles activités vont s’installer dans les régions électrifiées, ce qui est synonyme de nouveaux besoins d’installation d’équipements électriques», explique-t-on.

Mais il n’y a pas que cela. Engagé dans plusieurs programmes d’investissement, l’Office national d’électricité (ONE) leur ouvre d’autres perspectives. Outre cet effort d’investissement au niveau local, l’office s’est engagé dans une logique d’internationalisation, visant l’Afrique subsaharienne. «De grandes opportunités se présentent sur le continent o๠le taux d’électrification ne dépasse pas en moyenne les 15%. Le marché de l’Afrique de l’Ouest représente l’équivalent du Perg marocain», note Kadmiri Salah Eddine, président de la Fenelec. Il y a lieu de signaler que les entreprises marocaines ont une expérience en la matière puisque sur 12 milliards de DH d’exportation, deux tiers le sont sur cette région contre un tiers pour l’Europe.

Les entreprises marocaines sauront-elles faire face à  la concurrence européenne en Afrique ? Le président de la Fenelec ne se fait pas de souci à  ce niveau. L’expérience du Perg a permis aux entreprises de développer un savoir-faire marocain en la matière. Sur la liste des pays ciblés figurent entre autres le Sénégal, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Burkina Faso et le Bénin.