De nouveaux administrateurs à  la RAM

La compagnie tient son AGO ce vendredi 19 juin

En dehors de Driss Benhima,
Samia Charadi, Younès Tazi et Ahmed Rahhou font leur entrée au
conseil d’administration.

Convoqués aujourd’hui même au siège social de Casablanca, en assemblée générale ordinaire, les actionnaires de Royal Air Maroc seront appelés à  ratifier la désignation de nouveaux administrateurs. Pour les représentants de l’Etat, il s’agit de Driss Benhima, nommé en février 2006 au poste de PDG, Younès Tazi, directeur des programmes et des études et Samia Charadi, conseillère auprès de la primature. Quant au poste d’administrateur au nom des actionnaires privés, il reviendra à  Ahmed Rahhou, président de Lesieur et représentant permanent de la SNI.

Hormis l’arrivée des nouveaux membres du conseil, les actionnaires se pencheront sur les comptes de l’exercice 2005 (novembre 2004-octobre 2005). Ainsi, avec un résultat net de 688,8 MDH (le plus important de son histoire), le transporteur affiche une progression remarquable de 355% par rapport à  l’exercice précédent. Mais ce bon millésime est en grande partie favorisé par les plus-values substantielles réalisées par apports d’actifs aux différentes filiales. Y ont contribué, en résultat non courant, la cession du fonds de commerce de l’activité de restauration à  bord, d’un montant de 172,7 MDH, à  Atlas Catering Airlines Services (entité née d’une scission de Sotoram qui regroupait également les actifs hôteliers), et celle de la plupart des dessertes point à  point à  Atlas Blue (filiale low cost) pour 552 MDH. A noter que cette manne de plus-values comptables n’a pas donné lieu à  des entrées de trésorerie mais à  des augmentations de capital réservées dans les filiales concernées.

Un chiffre d’affaires en hausse de 10%
La compagnie ne s’est pas seulement appuyée sur ces données comptables ; la performance opérationnelle du groupe a également été remarquable. Le chiffre d’affaires s’est accrû de 10 % à  8,84 milliards de DH et ce grâce, en partie, au dynamisme du trafic de passagers sur les principaux marchés tels l’Afrique (+68%), l’Amérique du Nord et la France (+16%), le Maghreb (+26%) et le Moyen-Orient (+19%). Ce faisant, malgré la hausse des dépenses en kérosène (de 574 MDH à  plus de 1,7 milliard de DH), la marge EBE (excédent brut d’exploitation) s’est maintenue à  un niveau honorable de 14,5%.

Devant faire face à  un programme d’investissement des plus ambitieux comportant l’achat de plusieurs Boeing 737-800 de nouvelle génération et la recapitalisation en numéraire de nombreuses filiales, les actionnaires se verront solliciter en vue d’avaliser l’affectation de la totalité du bénéfice 2005 en réserves et report à  nouveau, ce qui hissera les fonds propres de la société à  3 milliards de DH.