Cultures maraîchères : le marché local absorbe 88% de la production

Elles occupent 280000 ha pour une production totale estimée à  7 millions de tonnes. Les primeurs représentent une part importante de ces cultures.

Les cultures maraîchères sont en plein essor. Elles occupent aujourd’hui une superficie de 280000 ha pour une production totale estimée à 7 millions de tonnes, selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime (MAPM). La grande partie de cette production, soit 88%, est destinée au marché local. Le reste est partagé entre l’export (8%) et la transformation (4%).

Les primeurs représentent une part non négligeable des cultures maraîchères. Elles connaissent depuis plus d’une décennie des changements considérables en vue d’adapter l’offre aux besoins des marchés internationaux et répondre aux normes de qualité et aux calendriers d’exportation. Aujourd’hui, 25 000 hectares sont réservés à la culture des primeurs, avec une production qui s’est établie à 1,95 million de tonnes en 2013-2014. La tomate représente presque 50% de la production. Elle se positionne à cet effet en tête de liste avec un véritable rayonnement à l’international. La preuve, les exportations des tomates, majoritairement destinées au marché européen, ont connu une nette progression durant ces 5 dernières années. Elles se sont établies à 451 000 tonnes en 2013/2014, soit une augmentation de 6% par rapport à la campagne agricole 2012/2013. En valeur, elles ont totalisé 3,45 milliards de DH en 2013/2014, soit une croissance de 10% en comparaison avec la campagne 2012/2013.

La pomme de terre, le haricot vert et la fraise sont aussi en plein essor. D’autres produits se sont également développés dernièrement comme les pois mange-tout, les avocats, les pêches, les nectarines, les poires, les kiwis, les pruneaux et les produits biologiques. Les exportations de ces fruits et légumes frais constituent une source de devises importante pour le pays. Ce secteur présente aussi un fort potentiel d’investissement. Durant ces dernières années, de grands groupes exportateurs se sont constitués en diversifiant leurs exportations et en s’adaptant aux exigences du marché international (normes Eurepgap ou BRC par exemple). Sur un autre registre, la campagne 2014/2015 sera la troisième saison d’application de l’accord de libre- échange Maroc-UE mis en vigueur depuis le 1er octobre 2012.