Croissance soutenue du marché des boissons gazeuses

A fin juillet, les ventes ont progressé de 12 % par rapport à la même période de 2004.
235 millions de litres de limonade ont été consommés en
sept mois.
La marque Coca-Cola reste le leader incontesté avec 40 % de parts de
marché.

Le marché des boissons gazeuses affiche une bonne santé. La croissance des ventes, déjà enregistrée lors de la saison 2004, s’est confirmée cette année. Au terme des sept premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires global enregistré par les opérateurs du secteur a atteint environ 1,9 milliard de DH contre 1,7 milliard pour la même période de 2004, soit une progression de 11,76 %. En volume, la hausse est de l’ordre de
8,3 %. Comme on le sait, l’activité est très cyclique, sachant que la courbe des ventes suit de très près celle du thermomètre. Selon les recoupements effectués auprès des professionnels, ces derniers ont réalisé près de 60 % de leur chiffre d’affaires annuel entre avril et juillet. Cette période de forte consommation avait été précédée d’un creux en février et mars. En effet, comparativement aux mêmes mois de l’année précédente, les ventes avaient fléchi de 2 et 7 %. Pourtant, malgré une période de froid inhabituelle, l’exercice avait bien démarré: pour janvier, la hausse était de 13 % par rapport à la même période de l’année précédente.
C’est dire qu’en dehors de la chaleur, d’autres facteurs peuvent influer positivement ou négativement sur l’activité. L’on se rappelle que le marché avait enregistré une importante baisse de 5,6 % entre 2002-2003, suite au mot d’ordre de boycott lancé pour protester contre la guerre en Irak. Cet épisode est aujourd’hui oublié. Et le marché a repris des couleurs depuis.

La consommation reste faible : 1,5 l par habitant et par mois
Il n’en demeure pas moins que, malgré sa croissance assez soutenue, la consommation des boissons gazeuses reste faible : 1,5 litre par habitant et par mois, plaçant le Maroc loin derrière les autres pays maghrébins où la consommation atteint les 5 litres par habitant. Et c’est ce constat qui justifie l’agressivité commerciale des limonadiers qui cherchent vaille que vaille à doper la demande. Pour cela, ils ont globalement joué la carte de la diversification et n’ont pas hésité à aligner leurs prix sur ceux affichés par Coca-Cola. Aujourd’hui, le prix d’une bouteille de limonade varie entre 5,50 DH (bouteille en verre) et 6,90 DH pour la bouteille en PET. Alors que

le demi-litre et la cannette sont commercialisés à 4 et 4,50 DH.
En dehors des prix, les industriels ont aussi procédé au même choix au niveau de la production industrielle. Au point qu’aujourd’hui ils proposent pratiquement la même offre : en plus du cola, sont commercialisés d’autres parfums, notamment l’orange, la limonade blanche, la pomme et le produit light. Jouant à fond la carte de la diversification, Coca-Cola a même lancé, en 2003, le Coca Vanille. Une boisson qui ne semble pas être du goût des Marocains puisque la demande a été très faible.

Dans tous les cas, les professionnels soulignent que le cola est le parfum le plus prisé puisqu’il a représenté 43,7% des ventes en juillet 2005, suivi par l’orange,
qui détient 15,2 %, la pomme (9,3 %), le citron (8,7%) et la limonade blanche dont les ventes représentent 7,6%. En ce qui concerne les autres parfums (exotique, vanille, tonic), les ventes varient entre 0 et 1,7% du global.
La répartition des ventes par marque révèle, quant à elle, une importante croissance des marque sous la bannière Pepsi (Pepsi-Cola, Mirinda et Seven up) qui ont enregistré une évolution de 36,5 % en juillet 2005 par rapport à la même période de 2004. Chez Coca-Cola, le chiffre d’affaires (Coca-Cola, Fanta Sprite, Pom’s…) a atteint 140 MDH en juillet de cette année contre 317 MDH en juillet 2004, avec une hausse de 13,7 %. Cobomi (Top’s et Orangina) et Mecca Cola ont enregistré des baisses respectives de l’ordre de 26,1% et de 80,7%.
Cependant, la percée de Pepsi-Cola et l’arrivée d’autres marques (Top’s cola, Ice Cola, Virgin Cola et Mecca Cola) n’ont pas bouleversé la donne. Les produits estampillés «coca» restent toujours leader du marché des soft drinks avec une part de marché qui se situe à 83,7 % à fin juillet 2005, dont 40% pour la boisson Coca-Cola à elle seule. Arrive en deuxième place Cobomi avec 8,4 % et enfin Pepsi-Cola avec 4,9 % du marché. Pour Sodalmu, la part de marché est de l’ordre de 3,0%. Les nouvelles marques comme Zem Zem Cola, Free Cola ou encore Amazigh Cola, dont le lancement a été plusieurs fois annoncé puis différé, ne devraient pas trop perturber ce classement

Cette année, on estime à 60% la part du chiffre d’affaires réalisée entre avril et juillet, après un creux en février et mars.