Crédit immobilier sur 40 ans pour les 30 ans et moins

Il a été lancé par le groupe Attijariwafa.
La durée de l’assurance décès invalidité exceptionnellement
rallongée pour couvrir le risque.

Un crédit immobilier sur 40 ans ? Du jamais vu jusqu’à présent, sur un marché où il a fallu attendre ces dernières années (logement social et Fogarim aidant) pour voir cette durée atteindre 25 ans. Vendredi 26 mai, c’était le groupe Attijariwafa qui ouvrait le bal pour proposer un prêt logement à très long terme, à l’instar de ce qui se fait en Europe ou aux USA. Il faut dire que la banque s’est fixé comme objectif d’atteindre, à l’horizon 2010, un portefeuille de deux millions de clients contre un peu moins de 1,5 million actuellement. A cet effet, le crédit immobilier constitue un levier stratégique pour la conquête et la fidélisation de la clientèle. Le dernier-né des produits s’appelle donc «Miftah Ach’chabab», crédit destiné au financement de l’acquisition ou de la construction d’un logement principal ou secondaire, qu’il soit neuf ou ancien. Dans ce dernier cas, précisent les responsables de la banque, une expertise est réalisée.

Le cœur de cible est constitué d’une clientèle jeune dont l’âge maximal à la souscription est de 30 ans. La dernière échéance serait dans ce cas remboursée à 70 ans. Et si le client décède bien avant ? Dans ce cas, les ayants droit disposeront du logement et la banque sera protégée par la police d’assurance décès et invalidité souscrite par le bénéficiaire. Afin de tenir compte de la spécificité de ce produit, les responsables de la banque ont pu décrocher auprès de Wafa Assurance, filiale du groupe, un prolongement de la durée de couverture de la police d’assurance, généralement limitée à 65 ans, jusqu’à 70 ans. Le crédit immobilier tire ainsi bénéfice des avantages qu’offre la taille du groupe. «Notre taille critique nous permet d’offrir un produit sur 40 ans et de bâtir ainsi une relation bancaire durable et offrir par la suite des produits d’accompagnement à nos clients», souligne Youssef Rouissi, directeur de la banque des particuliers et des professionnels.

La particularité de ce crédit réside aussi dans le fait qu’il apporte un bénéfice double aux jeunes en leur permettant d’accéder à un montant de crédit plus important et en réduisant la charge de crédit mensuelle avec à la clé un taux variable à partir de 6,75%. La banque s’est fixé pour objectif une part de marché de 33% dans le créneau de l’immobilier. Avec un crédit qui permet de réduire le montant de son échéance mensuelle, elle compte bien y arriver. «D’ici 10 ans, il n’y aura plus de locataires au Maroc», juge Noureddine Charkani, président du Directoire de Wafa Immobillier, filiale du groupe en charge de la commercialisation du produit.