Coup d’envoi de la Caravane OCP céréales et légumineuses 2016

La caravane va sillonner pendant deux mois sept régions céréalières. Objectif : assister les agriculteurs pour améliorer leurs pratiques, notamment en ce qui concerne l’usage des engrais phosphatés. 23 000 agriculteurs ont été touchés pendant ces quatre dernières années.

Sidi Bennour, commune de Sebt Douib, mardi 25 octobre. Des dizaines d’agriculteurs de la région se sont donné rendez-vous à une centaine de mètres du douar afin d’assister à cette première étape de la Caravane OCP céréales et légumineuses 2016 qui coïncide avec le lancement de la saison agricole 2016/2017. «L’objectif en général des Caravanes OCP, c’est d’être à proximité des agriculteurs pour leur apporter le conseil et les assister dans l’amélioration de leurs pratiques, notamment en ce qui concerne l’usage des engrais phosphatés», explique Abdelhak Kebbabi, directeur des ventes et développement local au sein de l’OCP. Et d’ajouter : «Durant ces rencontres, on vient ancrer chez les agriculteurs la démarche de la fertilisation raisonnée que prône le Groupe OCP». Une démarche qui, selon M. Kebbabi, repose sur quatre piliers : «Tout d’abord, comprendre les besoins des sols en éléments fertilisants et engrais phosphatés et NPK. Ensuite, innover afin de mettre à disposition des agriculteurs des produits adaptés à leurs besoins. Puis, s’engager auprès du Groupe OCP et les distributeurs pour des actions concrètes sur le terrain. Et finalement, suivre les agriculteurs pour qu’ils puissent atteindre les résultats escomptés».

Des tests sur 180 parcelles

La Caravane OCP céréales et légumineuses est organisée en partenariat avec le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime ainsi que les partenaires distributeurs d’engrais OCP. Une initiative qui s’inscrit dans le prolongement des premières caravanes lancées en 2012 et qui ont permis, selon les organisateurs, de toucher en quatre ans près de 23 000 agriculteurs. «La caravane vise à promouvoir l’utilisation rationnelle et raisonnée des engrais au Maroc pour une agriculture moderne, performante et durable. Les agriculteurs bénéficient à ce titre de l’action directe des distributeurs d’engrais phosphatés qui s’engagent à les encadrer et à les former aux meilleures pratiques de la fertilisation», apprend-on auprès des organisateurs. Entre 2012 et 2015, les caravanes ont permis d’effectuer des tests sur 180 parcelles de démonstration.

Le choix de la région de Sidi Bennour comme première étape de cette caravane n’est pas fortuit. En effet, plus d’un million d’hectares dans cette région de Casablanca/Settat sont des terres agricoles. 70% de cette superficie est dédiée aux céréales dont la majeure partie est une agriculture qui repose essentiellement sur les précipitations. Pour ce qui est de la production, les terres non irriguées enregistrent en moyenne entre 20 et 25 quintaux de céréales par hectare, selon la qualité des terres et la rationalisation de l’utilisation des engrais. «La caravane mobilise d’importantes ressources humaines et matérielles et déploie sur le terrain un dispositif de partage du savoir-faire complet dont un laboratoire mobile d’analyse de sol et une plate-forme informatique contenant la base de données de la Carte de Fertilité. A cet effet, une campagne d’analyses des sols a été réalisée au niveau des sept zones céréalières», a-t-on expliqué sur place. De fait, la Caravane OCP céréales et légumineuses 2016 mobilise plus de 20 experts agronomes. Des représentants du Groupe OCP, de la Fondation OCP, du ministère de tutelle et des distributeurs d’engrais OCP sont présents à chaque étape à travers des stands présentant leurs produits et leurs services pour sensibiliser les petits agriculteurs. Quatre ateliers sont également programmés. Animés par des experts, ils profitent à l’ensemble des agriculteurs.

La responsabilité du rendement est en grande partie entre les mains des agriculteurs

Sur place, dans une grande salle où se sont rassemblés les agriculteurs de la région, c’est My Hachem El M’Hammedi Alaoui, le célèbre animateur de l’émission matinale «Youmiate El Fellah» qui a animé la matinée. «Pour le compte de l’année 2015 qui a été une saison record pour le Maroc, nous avons enregistré une production moyenne de 19 quintaux de céréales par hectare. Ce n’est pas suffisant. On peut faire mieux. La responsabilité du rendement est en grande partie entre les mains des agriculteurs», lance-t-il à l’assistance. L’homme qui connaît bien le domaine a discuté de plusieurs sujets d’actualité pour les agriculteurs, notamment l’utilisation raisonnée des engrais, mais également de l’alternance entre les cultures des céréales et des légumineuses. Des documents vidéos ont également été visionnés. Il y était question de typologie des sols et des meilleurs moyens à déployer pour améliorer le rendement des cultures. Des intervenants se sont succédé par la suite afin de parler de l’utilisation des engrais, de l’importance de l’analyse des terres, de la gestion de l’eau…

La Caravane OCP céréales et légumineuses 2016 apporte également son lot de nouveaux produits, exposés sur place. «La caravane met l’accent sur des nouvelles formules d’engrais mélanges, spécialement étudiés par les professionnels et les scientifiques spécialistes de la fertilisation, pour répondre aux besoins des agriculteurs et des sols. Il s’agit notamment des engrais NPK mélanges (ou NPK-Blend), adaptés aux contextes régionaux et à une fertilisation plus raisonnée, dont les formulations ont été développées de manière à répondre aux différents contextes agro-climatiques du Maroc», indique-t-on.

Si la région de Doukkala a été choisie pour le démarrage de l’événement, la caravane va parcourir le Maroc pendant deux mois et s’arrêtera dans sept des plus importantes régions céréalières et de légumineuses au Maroc (Doukkala, Abda, Chaouia, Zaër, Tadla, El Gharb et Saïss). Avec une fréquence de deux jours par étape. Selon ses initiateurs, cette cinquième édition vise à rencontrer pas moins de 5 000 agriculteurs. «La caravane est un outil de proximité par excellence et elle a été conçue exclusivement pour les agriculteurs», conclut M. Kebbabi.

Younes Baâmrani