COP22 : l’organisation se précise

Cinq appels d’offres lancés, dont trois déjà attribués. Avec un budget de 850 MDH, l’événement suscite l’intérêt des plus grands.

Dès la clôture de la 21e Conférence des parties (COP) qui s’est tenue, rappelons-le, à Paris du 30 novembre au 12 décembre derniers, les regards se sont tournés vers le Maroc qui abritera du 7 au 18 novembre prochain la COP22 à Marrakech. Formé mi-février, le comité de pilotage, qui rassemble 11 membres autour de son président, Salaheddine Mezouar, n’a pas perdu de temps pour s’atteler à ses tâches. Cinq appels d’offres liés à l’organisation de l’événement ont été lancés quelques jours après la nomination du comité. Deux marchés restreints, relatifs à la maîtrise d’ouvrage et au contrôle technique, ont rapidement été attribués : le premier au bureau Oger International Maroc et le deuxième au bureau Veritas Maroc. Pour chacun de ces marchés, seulement deux sociétés ont répondu. Un troisième marché, relatif cette fois à la centrale de réservation (hébergement, transport, accueil, etc.) a été attribué au groupement formé par l’agence marocaine spécialisée S’Tours et le français B. Network.

Le Maroc contribue à hauteur de 35% du coût de l’événement

Deux autres marchés restent donc en cours d’adjudication. Le premier, relatif à la communication, est divisé en 4 lots dont ceux liés aux relations publiques internationales et à la stratégie de communication digitale. Enfin, reste à attribuer le tant attendu –et discuté– marché relatif à l’aménagement et à l’équipement du site de Bab Ighli. Sur les 3 groupements ayant soumissionné au marché, seul celui regroupant GL Events Services, GL Events Audiovisual, GL Mobilier, Hall Expo, Agence Publics, Capital Events, Léni et Manzeh Diafa, a été retenu à l’issue de l’examen des dossiers administratifs, techniques et additifs. Alors que beaucoup se demandent comment les deux autres groupements ont pu être rejetés, le comité de pilotage a tenu à rappeler, dans une mise au point, l’importance des critères d’appréciation à ce stade de l’étude. A l’heure où nous mettions sous presse, l’évaluation de l’offre technique du groupement retenu était toujours en cours. Elle devrait intervenir dans les prochains jours.

Si le besoin se fait sentir, d’autres marchés pourraient être lancés. L’événement nécessitera une enveloppe de 850 MDH, dont 300 MDH (35%) sont mis sur la table par le Maroc. Le reliquat sera apporté par d’autres contributions publiques et des partenaires privés. Ces derniers, même si des contacts ont déjà été pris, ne seront officiels que dans les prochaines semaines, voire les prochains mois.

Rappelons qu’entre 25 000 et 30000 personnes sont attendues à Marrakech. Notons par ailleurs que cette COP22 se tiendra alors que plusieurs hauts fonctionnaires de l’environnement sont sur le départ, à savoir la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (juillet 2016), la directrice exécutive du Fonds vert pour le climat (septembre 2016) et le directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (juin 2016).