COP 22 : le Maroc s’investit pour en faire davantage qu’une simple étape

Le Royaume veut faire avancer les discussions post-COP 21 d’ici novembre prochain. Plusieurs rendez-vous de haut niveau sont prévus pour discuter de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

C’est à un peu moins de 200 jours du jour J que le coup d’envoi de l’organisation de la COP 22 qui, rappelons-le, se déroulera du 7 au 18 novembre prochain à Marrakech, a été donné. Pour l’occasion, l’ensemble des membres du comité de pilotage -à l’exception de son président Salaheddine Mezouar-, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, les premiers adjudicataires des marchés liés à l’organisation, les représentants de la société civile mais aussi la presse nationale et internationale, étaient rassemblés le jeudi 28 avril dernier pour officialiser ce compte à rebours. Il n’en fallait pas moins pour illustrer la volonté du Maroc de faire de cette rencontre internationale de haut niveau une véritable réussite. Le Royaume ne se contentera pas d’être le pays hôte de cette COP 22 mais se veut une étape majeure dans la ratification et la mise en œuvre de l’Accord de Paris adopté à l’issue de la COP 21. Signé le 22 avril dernier par 175 Etats au siège des Nations Unies à New York, l’Accord de Paris, successeur du défunt Protocole de Kyoto, doit être ratifié par 55 Etats représentant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre pour entrer en vigueur. L’objectif du texte est de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C.

Le groupement GL Events remporte le marché de l’aménagement du site

Dressée à l’occasion du coup d’envoi, la feuille de route de la COP 22 comprend donc 5 axes : «Accompagner et soutenir la Présidence française en mobilisant le plus grand nombre de parties à ratifier, accepter, approuver, adhérer, selon le cas, à l’Accord de Paris, avant la tenue de la COP 22», «impulser le dynamisme nécessaire pour maintenir la mobilisation engagée par la Présidence française (…)», «consolider la mobilisation des acteurs non étatiques et des gouvernements dans le cadre du Programme d’action Lima-Paris (…)», «convenir d’une feuille de route prévisible et concrète en vue de mobiliser les 100 milliards $ d’ici 2020 et mobiliser des fonds pour le financement des projets (…)», et enfin «adopter les axes prioritaires de l’agenda pré-2020 (…)». Pour aboutir à la ratification du plus grand nombre de pays d’ici à la fin de l’année, plusieurs rendez-vous sont fixés dans l’agenda international. Les 5 et 6 mai s’est ainsi tenu le Sommet sur l’action pour le climat à Washington tandis que du 16 au 26 mai se tiendra, au siège de la CCNUCC à Bonn (Allemagne), la première réunion du comité ad-hoc Paris Agreement (APA), dont la mission est de préparer les décisions de mise en œuvre de l’Accord de Paris. En attendant, l’organisation logistique de l’événement est bouclée: après avoir remporté l’examen technique des offres, le groupement mené par GL Events vient définitivement de remporter le marché de l’aménagement de Bab Ighli, pour un montant de 451 MDH.