Contrat programme Etat-ONEE : les premiers bénéfices d’exploitation dès 2015

La valeur ajoutée et l’excédent brut d’exploitation seront multipliés respectivement par trois et deux et demi entre 2014 et 2017. A condition que les actions prévues soient engagées et que les hypothèses du contrat programme se réalisent.

Dès 2015, l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) devrait commencer à engranger les premiers bénéfices du plan de redressement dont il est l’objet depuis le 26 mai 2014. Bien sûr, il faudrait pour cela que les actions prévues dans le contrat programme signé avec l’Etat (www.lavieeco.com) soient mises en œuvre dans les délais arrêtés et que les hypothèses sur lesquelles celui-ci a été bâti se réalisent (comme l’évolution de la demande, des prix des combustibles, de la pluviométrie, etc.). Sous ces hypothèses, en effet, l’ONEE prévoit de retrouver sa rentabilité économique, avec un résultat d’exploitation positif à partir de 2015. Parallèlement –ceci expliquant cela–, la valeur ajoutée sera multipliée par trois entre 2014 et 2017, en passant de 4,64 milliards de DH à 12,8 milliards, et l’excédent brut d’exploitation (EBE) par deux et demi en atteignant plus de 10 milliards de DH au lieu de 4,6 milliards en 2014. Et si tout se passe comme prévu, le résultat net, lui, redeviendra positif à partir de 2017, soit la dernière année du contrat programme.

L’office pourra autofinancer 38% du plan de développement

Sur le plan financier, le fonds de roulement de l’entreprise, lui aussi, devrait virer au vert dès 2015 et s’améliorer encore plus les années d’après ; mais comme le besoin de financement ira en augmentant, la trésorerie nette restera déficitaire, même si, en termes relatifs, ce déficit sera moindre à la fin du contrat programme par rapport à son niveau des années précédentes. Toutefois, en raison de l’amélioration de l’EBE, la capacité de remboursement de l’ONEE le sera d’autant.

Par ailleurs, grâce à l’amélioration de sa situation financière, l’office pourra autofinancer environ 38% de son plan de développement sur la période du contrat, soit près de 15 milliards de DH.
Rappelons à ce niveau que le plan d’équipement de l’ONEE en eau et électricité (près de 50 milliards de DH entre 2014 et 2017) sera réalisé, en partie, dans le cadre de partenariats public/privé. Cela explique que l’office puisse en assurer un autofinancement partiel, non négligeable d’ailleurs.

Pour s’assurer que toutes les parties contractantes s’acquittent, chacune dans son domaine, des engagements auxquels elles ont souscrit, il est prévu de faire appel à un cabinet d’expertise, par voie d’appel d’offres, qui assistera le comité de suivi du contrat programme, lequel présentera un rapport semestriel sur l’exécution des termes du contrat et des résultats réalisés.