Consoles de jeux : Derb Ghallef en perte de vitesse face aux franchises culturelles

Les consoles «Next-Gen» sont vendues au même prix dans le circuit moderne et l’informel. Derb Ghallef concurrence néanmoins le circuit formel sur la vente des jeux. Une croissance de 30% chez Virgin Megastore en 2014.

L’époque des échoppes de gaming à Derb Ghallef, autrefois l’un des rares endroits où l’on pouvait se procurer une console de jeux au Maroc, serait-elle révolue ? Un petit tour à Souk Esselk, la partie réservée aux jeux vidéo et à leurs dérivés dans le plus grand marché informel au Maroc, donne une petite idée sur la situation du marché. Sur une vingtaine de boutiques qui s’étaient entièrement spécialisées dans ce créneau, une poignée seulement continue de s’y consacrer à 100%. Les autres se sont progressivement diversifiées dans la vente d’autres matériels électroniques, tout en continuant à proposer quelques produits liés aux jeux vidéo. L’arrivée au Maroc, en 2010, de Virgin Megastore à Marrakech, puis à Casablanca et Rabat, et, en 2011, de la FNAC, explique en grande partie cette étonnante perte de vitesse des vendeurs de Derb Ghallef dans ce secteur si particulier. Une perte de vitesse qui n’empêche toutefois pas les vendeurs du souk de continuer à vivre de leur activité.

Abderrahim est l’un de ces rares vendeurs à être resté fidèle au gaming. Ce dernier confie à La Vie éco écouler entre 1 200 et 1 500 consoles de jeux par an, toutes générations confondues. Néanmoins, ses ventes concernent en priorité des consoles de 7e génération, à savoir les Playstation 3 de Sony, les Xbox 360 de Microsoft et les Wii de Nintendo. Depuis la sortie mondiale de la 8e génération ou «Next-Gen», c’est-à-dire la Playstation 4 (PS4) et la Xbox One, sorties toutes deux en novembre 2013, et la Wii U sortie en novembre 2012, dont le piratage n’est pas encore disponible, Derb Ghallef n’a pu que s’aligner sur les prix pratiqués par les grandes surfaces spécialisées fraîchement débarquées.

Playstation occupe la première place

Provenant essentiellement du marché de la contrebande issu de Sebta et Melilla, les consoles de jeux vendues à Derb Ghallef, une fois le coût du transport impacté sur le prix, se négocient en effet au même prix que dans le circuit formel, voire plus cher si l’on regarde les packages (ou bundles) et les promotions, notamment en fin d’année, que propose le circuit moderne. Résultat, les nombreux gamers, qui s’approvisionnaient dans l’informel depuis leur première console et qui n’ont pas l’opportunité d’en ramener de l’étranger, ont viré vers le circuit formel local. «La disparition de l’informel aurait comme résultat l’implantation des grandes marques de gaming au Maroc, avec des budgets marketing, du stock dans le territoire, des actions commerciales et puis comme résultat final une diminution des prix au niveau des prix pratiqués en Europe», estime un responsable de la Fnac Maroc.  

Aujourd’hui, Virgin affiche la Xbox One, hors promotion, à 6 590 DH, la PS4 à 4990 DH et la Wii U à 3290 DH en version basique couplée avec un jeu. Toujours en production par leurs constructeurs respectifs, la PS3 est commercialisée entre 1 990 DH (version 12 go) et 2 990 DH (500 Go), et la Xbox 360 entre 1 990 DH pour la version de base et 4 590 DH pour le pack 250 Go avec Kinect et jeu. Légèrement moins chère, Playstation figure en tête des consoles de jeux qui se vendent le mieux au Maroc, dans les circuits formel et informel. La console de Sony représente ainsi environ 60% des ventes de consoles «Next-Gen» à Derb Ghallef, loin devant la Xbox One (35%) et la Wii U (5%).  «Mis à part les consoles Playstation, dont la distribution officielle au Maroc est confiée à un distributeur marocain, le sourcing en gaming se fait principalement à l’import. Quelques opportunistes arrivent de temps à autre avec des offres ‘‘one-shot’’ en quantités limitées», explique  Youness Bennani, DG de Virgin Megastore au Maroc. Contacté, Microsoft se contente de déclarer «ne pas distribuer officiellement la Xbox au Maroc».

En misant sur des corners dédiés au gaming dans leur magasin et des offres bundles exclusives, les grandes surfaces spécialisées réussissent ainsi de belles performances. «En 2014, la progression des ventes de consoles et dérivés dépasse les 30% grâce à la fraîcheur de l’offre en consoles», confie le DG de Virgin Megastore. Ce dernier affirme même «occuper une place de leader avec une part de marché estimée à 38% dans le circuit de vente moderne». Le DG oppose toutefois un bémol : «La concurrence déloyale pratiquée par l’informel représente une vraie menace pour la pérennité du marché du gaming. L’évolution réalisée durant ces 4 dernières années reste insuffisante au regard des efforts et actions menés régulièrement dans nos différents points de vente». Il est vrai que Derb Ghallef fait de la résistance sur la vente des jeux.

Les blockbusters, tels que les franchises FIFA, PES, Call of Duty, Battlefield ou GTA, sont ainsi très souvent ramenés d’Europe de l’Est à 700 DH environ alors qu’ils sont disponibles autour de 850 DH dans le circuit formel. «L’évolution des ventes de jeux se fait au détriment des marges dans la mesure où la réaction du marché informel n’a pas tardé en présentant une offre de jeux de contrebande libres de tous droits», confirme M. Bennani.