Conserve des produits végétaux : les exportations en baisse de 3,7% à  fin octobre

Les conserves de légumes en baisse de 5%, celles des fruits en hausse de 2%.
Selon les professionnels, l’activité souffre de l’insuffisance de la matière première.

Contrairement aux agrumes et légumes frais, les exportations de produits végétaux (conserves, produits déshydratés, surgelés et congelés, huiles végétales, épices et herboristerie) au titre de la campagne 2009-2010 évoluent plus favorablement. D’après les dernières statistiques de l’Etablissement autonome de coordination et de contrôle des exportations (EACCE), elles ont totalisé 67 687 tonnes, à fin octobre, contre 65 704, une année plus tôt, soit une progression de 3%. Cependant, tous les produits ne suivent pas la même tendance. Dans la conserverie, en recul de 3,7%, à
32 450 tonnes, le cas du cornichon est édifiant puisque les exportations qui atteignaient une moyenne annuelle de 15 000 tonnes durant les années 90 sont passées à 1 200 tonnes en 2008 et ne sont plus que de 293 tonnes à la fin du mois d’octobre dernier. Comparé à l’égale période de 2008, le volume s’est encore déprécié de 69%. Ce reflux est dû à la baisse de la production nationale de cornichons car les agriculteurs se sont détournés de cette culture peu rentable. Mais ce produit a aussi perdu du terrain sur le marché européen du fait de la concurrence chinoise et indienne. Le haricot vert en conserve, qui fait face lui aussi à la même contrainte, s’est en revanche un peu repris à fin octobre. Ses exportations ont grimpé de 29%, à 114,73 tonnes. Les expéditions de câpres, dont le Maroc est le premier exportateur mondial, ont augmenté de 38%, à 5 751 tonnes.
L’EACCE relève par contre une régression de 5% des exportations de conserve de légumes qui passent
de 1 797 tonnes à 1 699. Et ce sont les artichauts qui ont enregistré la plus forte baisse, soit 63% par rapport à la campagne 2008-2009, à 40,25 tonnes. Et l’on notera qu’en octobre dernier, les exportations ont été nulles.
Les conserves de tomate et de champignon se sont tout aussi bien comportées. Pour la première, les exportations ont enregistré une hausse de 50%, à 416,2 tonnes, alors que celles du second s’élèvent à 40,2 tonnes, contre un peu moins de la moitié en 2008-2009. Les conserves de fruits ont suivi la même trajectoire, en augmentant de 2%. L’abricot qui constitue l’essentiel de ce groupe a bridé la croissance. En sirop, les quantités ont fléchi de 1%, à 1 547 tonnes et en pulpes, de 8% à 2 283 tonnes. Ce recul est amorti par les autres conserves de fruits en hausse de 150%, à 486 tonnes. La conserve d’olives n’a pas non plus échappé à la baisse. Elle s’est contractée de 5% par rapport à la campagne 2008-2009, tombant de 19 493 tonnes à 18 493. Il en est de même pour le jus de fruits et légumes en chute de 43%, à 658,6 tonnes. De manière générale, l’évolution contrastée des exportations de la filière de la conserve végétale est davantage due, selon des professionnels, à l’indisponibilité des matières premières qu’à la crise internationale. On retiendra toutefois que la baisse a été plus importante sur les marchés européens et en Amérique du nord que dans les autres débouchés.