Compétitivité touristique : le Maroc classé 67e sur 130 pays en 2008

Il a reculé de 10 places par rapport au classement de 2007.
La qualité de la politique marketing et du patrimoine est en revanche reconnue.

A l’heure où les opérateurs du secteur touristiques et les pouvoirs publics tentent, tant bien que mal, de trouver les moyens de résister à la crise, il est important, plus que par le passé, de garder un œil sur ce que font les pays concurrent. La veille est, à ce titre, une des activités principales en ces temps de crise. Et, justement, un des documents précieux sur lesquels le Maroc peut bâtir ses comparatifs a été livré en mars déjà par le Forum économique mondial (FEM). Il s’agit, en l’occurrence, de la deuxième édition du rapport sur la compétitivité du tourisme et du voyage avec un classement de 130 pays selon un indice synthétique global prenant en compte plusieurs critères.
Petite déception : le Maroc est classé 67e  sur 130 perdant ainsi 10 places par rapport à l’année dernière. Naturellement, il est n’est pas facile de tenir la comparaison avec des pays comme la Suisse, l’Autriche et l’Allemagne, l’Australie et le Royaume-Uni qui sont, dans l’ordre, les plus attractifs en matière de tourisme et de voyages.

Des statistiques pas toujours récentes
En revanche, cette place est peu enviable comparée avec des pays disposant des mêmes atouts comme le Qatar (37e et premier pays arabe), la Tunisie (39e), les Emirats Arabes Unis (40e) et l’Egypte (66e).
A l’origine cette contre-performance, on peut citer le recul dans le classement obtenu au niveau des infrastructures, notamment celles relatives au transport (-13 places), à la perception de la sécurité et de sûreté ( -18 places), au système de santé et d’hygiène du pays (-17 places) et à la qualité de ses ressources naturelles, culturelles et humaines  (-20 places).
Le FEM reconnaît néanmoins au Maroc ses efforts pour ériger le tourisme en secteur prioritaire puisque selon ce critère, le pays est classé 23e. Il est aussi, d’une certaine manière,  sauvé du constat sévère du FEM par le nombre de ses sites historiques classés patrimoine mondial qui le placent au 19e rang sur les 130 pays. Et parmi les atouts du pays on compte aussi la facilité d’octroi, ou la dispense de visas pour les visiteurs. Enfin on reconnaît tout de même que le Maroc offre beaucoup de facilités pour l’installation d’entreprises étrangères du secteur. Et petite satisfaction : il est classé 10e pour l’efficacité de sa politique marketing pour la promotion de la destination.
Selon une analyse de la direction des études et prévisions financières du ministère des finances, l’étude du FEM est intéressante, certes, mais présente des limites s’agissant de la méthodologie utilisée et des données statistiques qui ne sont pas toujours récentes.