Comment seront utilisés les deux milliards de DH consacrés à  l’habitat en 2007

Lutte contre les bidonvilles, restructuration de quartiers périurbains et aide à  la reconstruction d’habitations menaçant ruine sont au programme.

La Loi de finances 2007 sera celle de la promotion des secteurs sociaux. Et l’habitat arrive en tête des chantiers qui mobiliseront le plus de moyens. Pour la prochaine année (le projet de Loi de finances est en cours de discussion à  la Commission des finances de la Chambre des représentants), le budget du secteur de l’habitat et de l’urbanisme sera de 2,17 milliards de dirhams. 140,5 millions de dirhams iront aux dépenses de personnel, 245,7 aux dépenses de matériels alors que les dépenses d’investissements sont de l’ordre de 422 MDH. La plus grande enveloppe est allouée au Fonds spécial habitat – FSH – (voir encadré en p. 19) avec près de 1,4 milliard de DH. «C’est un budget qui s’inscrit dans le cadre du développement humain et social avec pour but la résorption de l’habitat insalubre et le développement de l’habitat social», souligne Taoufik Hjira, ministre de l’habitat et de l’urbanisme. «L’importance des ressources ainsi mobilisées au profit du secteur de l’habitat en est la preuve», souligne-t-il.

Priorité à  la résorption de l’habitat insalubre et aux provinces du Sud
Ainsi, les différents programmes lancés par le ministère de l’habitat trouveront leur continuité. A commencer par le programme Villes sans bidonvilles (VSB) qui verra sa cadence doubler durant l’année 2007, passant de 25 000 ménages recasés ou relogés chaque année à  près de 50 000. Au total, VSB a pour objectif d’éradiquer l’ensemble des baraques identifiées dans 82 villes et communes urbaines. 277 000 ménages résidant dans près de 1 000 bidonvilles en profiteront. Le coût global de ce programme s’élève à  20,4 milliards de DH dont 7,4 milliards de DH financés par le budget de l’Etat. Autre priorité de la Loi de finances 2007 en matière d’habitat, le programme d’habitat social dans les provinces du Sud qui a démarré en 2004. Au titre de l’année prochaine, l’enveloppe budgétaire allouée s’élève à  117,5 MDH. A signaler que le coût total de ce programme, qui sera achevé à  la fin de 2009 pour le bénéfice de près de 43 000 ménages, s’élève à  1,5 milliard de DH. Enfin, en matière de lutte contre l’habitat non réglementaire, le budget réserve la somme de 139,4 MDH aux différents programmes de restructuration de quartiers périphériques à  travers le Royaume, notamment à  Casablanca, Oujda, Mdiq, Fnideq, Al Hoceima, Taza, Agadir et Fès. 109,4 MDH seront réservés à  l’achèvement des opérations en cours de réalisation alors que 30 MDH iront au lancement de nouveaux projets. Les médinas auront leur part du gâteau avec quelque 17,5 MDH. La part du programme des zones d’habitations menaçant ruine est de l’ordre de 30 MDH, alors que 5 et 5,7 MDH ont respectivement été alloués au programme d’urgence ayant pour vocation de venir en aide aux ménages sinistrés suite à  l’effondrement ou à  la dégradation de leur habitation à  cause d’intempéries. Ces deux programmes octroient des aides sous forme de matériaux de construction.

Toutes ces actions concernent des programmes déjà  entamés et qui seront appelés à  être accélérés, mais l’année 2007 connaà®tra l’annonce de deux nouveaux chantiers. Le premier est l’ouverture de nouvelles zones à  l’urbanisme (voir La Vie éco du vendredi 13 octobre 2006). Ce sont près de 36 000 ha aux abords de toutes les villes du pays qui sont concernés. Toutes ces nouvelles zones intégreront les plans d’aménagement urbain locaux et régionaux.

La seconde annonce qui interviendra cette année se rapporte à  l’habitat rural. «Nous sommes en train d’élaborer un programme pour la mise à  niveau de l’habitat dans nos campagnes. Une action qui colle parfaitement à  l’esprit de l’INDH», souligne le ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Pour l’année 2007, le budget alloué à  l’urbanisme a connu une hausse de 383 MDH. Une augmentation de l’enveloppe d’investissement qui se justifie par la nécessité de renforcer la couverture du territoire national par des agences urbaines. En effet, le nombre de ces dernières devrait passer de 21 en 2006 à  26 en 2007. L’objectif est de généraliser la couverture en documents d’urbanisme pour l’ensemble du territoire national, en particulier les zones traversées par la rocade méditerranéenne ainsi que la région de l’Oriental.