Comment la Région de Souss-Massa se protège contre les inondations

Atlas des zones inondables, barrages collinaires… Depuis 2003, l’Agence régionale du bassin hydraulique a initié plusieurs projets dans le Souss-Massa pour la protection contre les inondations. Pour la période 2017-2019, plus de 240 MDH sont alloués à la réalisation de plusieurs chantiers. Sans l’arrêt des constructions dans le lit des oueds, il sera difficile de remédier à la situation.

La sécheresse qui caractérise la région de Souss-Massa n’écarte pas les risques d’inondation. Aujourd’hui, en raison du phénomène des changements climatiques, aucune zone à travers le monde n’est à l’abri. Dans le Souss, les communes de Oulad Dahou et Legfifat, notamment, connaissent presque annuellement des dégâts importants suite aux débordements de l’oued Aouerga. D’autres sites dans la contrée ne sont pas aussi épargnés, Souss-Massa étant traversé par de nombreuses rivières dont les principales sont oued Tamraght, oued Massa, oued Souss, oued Tamri, sans oublier plusieurs affluents. Autant de cours d’eau qui, lors de fortes crues, menacent les localités qu’elles traversent. Tout le monde se souvient encore comment en 2010, suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Souss, les crues d’oueds de l’Anti-Atlas ont ravagé des douars de la commune de Sebt El Guerdane, laissant des familles entières sans abris et sans ressources ; le bétail avait aussi été emporté dans cette déferlante.

Zones inondables SOUSS MASSA
Zones inondables SOUSS MASSA

Atlas des zones inondables

Dans sa démarche de prévention face à ce phénomène, l’Agence du Bassin hydraulique du Souss Massa (ABHSM) s’appuie tout d’abord sur la connaissance de son aire d’intervention et l’identification des zones à risques. Et ce à travers «l’Atlas des zones inondables qui fournit la cartographie des crues de référence appréciée à partir d’événements historiques et d’études théoriques sur la crue dite centennale», est-il indiqué dans une note de l’établissement.
Réalisé en 2007, ce document a traité 29 communes mais aujourd’hui son actualisation s’avère nécessaire pour couvrir de nouvelles zones vulnérables.
Outre cette cartographie, de nombreuses actions ont été entreprises par l’ABHSM depuis 2003, dans le cadre de la gestion des risques liés à l’eau. «A ce niveau, la protection contre les inondations est l’un des domaines les plus sollicités par les partenaires, notamment les collectivités territoriales avec lesquelles l’agence a développé plusieurs projets de partenariats», indique Mhamed El Fasskaoui, directeur de l’ABHSM. Ce sont ainsi près de 70 MDH qui ont été investis dans la protection contre les inondations à travers d’importants travaux entre 2003 et 2013 dans la région.

Des investissements ont aussi été réalisés dans l’amélioration de la prévision des crues, notamment à travers l’acquisition des équipements modernes de mesures de radiocommunication pour la transmission de données. L’agence dispose ainsi d’un réseau d’annonce des crues composé de 26 stations hydrologiques et 8 barrages équipés de poste radio relié au poste directeur installé au siège de l’ABHSM ainsi qu’au poste central du département de l’eau.
A travers le Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles (FLCN), créé depuis 2009, ce sont aussi plusieurs actions qui ont été réalisées dans le cadre de partenariats. Entre 2017 et 2019, c’est une enveloppe globale de 244 MDH qui est allouée à la construction de plusieurs ouvrages en faveur de la protection contre les inondations, suite à un appel à projets. L’ABHSM contribue financièrement à ce programme à hauteur de 20% et les partenaires apportent 30% du montant global. Les 50% restants proviennent du fonds en question. Parmi les grands chantiers dans ce vaste programme, figurent notamment ceux dédiés à la protection des communes d’Aourir, de Oulad Teima, de Oulad Berhil, de Draga et d’Aouloz. Des chantiers qui, suivant les localités, sont relativement bien engagés.

Interventions d’urgence

Outre ces projets, l’agence investit également un montant de plus de 15 MDH pour la réalisation d’aménagements dans le cadre d’interventions d’urgence durant la période 2019-2020. Il s’agit de protection contre les inondations au niveau des provinces de Taroudant, Tiznit et Chtouka-Aït Baha.
Dans le cadre de ce programme d’urgence, d’importants travaux sont prévus pour la protection des communes de Oulad Dahou et Legfifat face aux débordements de l’oued Aouerga. Les travaux de réalisation d’un canal à Oulad Dahou sont ainsi programmés dans ce contexte pour un coût estimatif de 86 MDH, dont 10 millions pour couvrir les indemnités d’expropriation du foncier nécessaire. Dans cette opération, le Conseil régional du Souss-Massa contribuera à hauteur de 8 millions de DH. Les Conseils préfectoraux d’Inezgane et de Taroudant apportent respectivement 1 million de DH chacun. Les travaux d’aménagement devraient démarrer cette année.

Un autre appel à projets devrait aussi être lancé cette année pour la réalisation de nouveaux aménagements de protection contre les inondations dans la région, à travers le FLCN.

Entre 2012 et 2014, quatre barrages collinaires ont été aménagés dans la ville d’Agadir pour la protection de la cité contre les inondations. Aujourd’hui, le cinquième prévu dans la commune de Draga est au stade du lancement de marché. Dans la région, malgré les interventions de l’ABHSM, on compte plus de 256 logements construits de manière illicite par des citoyens dans le lit de l’oued Souss au niveau de la préfecture d’Inezgane- Aït Melloul. Malgré les mises en garde, cette population reste insensible aux dangers qui la menacent. La situation appelle indéniablement aujourd’hui à une action en synergie pour libérer le domaine hydraulique de manière à ce que les occupants de ces logements ne soient pas un jour emportés par une crue de l’oued. Après les inondations ce sera trop tard !