Comarit s’offre un nouveau siège à  Tanger pour 150 MDH

Le bà¢timent de 10 000 m2 regroupera toutes les activités du groupe actuellement dans des sites éparpillés
L’acquisition a été financée par leasing immobilier.

Après une année 2009 où il réalisa le plus gros investissement de son histoire, Comarit confirme ses ambitions en ce début 2010. En effet, le leader marocain du transport maritime de passagers vient d’acquérir, au prix de 150 MDH, un immeuble de plateaux de bureaux flambant neuf en plein centre de Tanger, son bastion historique. Comarit compte regrouper dans ce futur siège de plus 10 000 m2 de planchers ses équipes éparpillées jusqu’à présent entre plusieurs sites. D’autres activités du groupe Abdelmoula, du nom de l’homme d’affaires qui contrôle le capital, y éliront également domicile telle la station régionale privée, Cap Radio, créée en 2007 pour couvrir l’ensemble des provinces du nord du Maroc (de Tanger à Oujda) et qui emploie aujourd’hui un effectif de 40 salariés dont la moitié est constituée de journalistes.

Le chiffre d’affaires 2008 avait dépassé 2 milliards de DH

Comarit qui avait fait appel en février 2009 à un consortium bancaire mené par le Groupe Banques Populaires pour  financer les 800 MDH réglés à son principal ex-concurrent, Comanav,  pour lui racheter l’activité passagers, se tourne cette fois-ci vers le leasing immobilier pour réaliser cette opération.
Il faut dire que le transport maritime est une activité très capitalistique où les opérateurs affichent souvent des ratios dettes/fonds propres assez élevés. Ce qui fait du leasing un financement opportun quand la capacité d’endettement bancaire est au taquet.
Rappelons que Comarit opère principalement sur trois lignes maritimes Tanger-Sète, Tanger-Algésiras et Nador-Alméria.  Son chiffre d’affaires 2008 avait dépassé la barre des 2 milliards de DH  pour un effectif de près de 1 800 personnes.  Avec sa dernière opération de croissance externe, Comarit fait quasiment jeu égal sur le marché du détroit aux deux transporteurs ibériques Balearia et Acciona-Trasmediterranea qui, dès 2007, avaient, chacun de son côté, ouvert  le bal des mouvements de concentration en 2007 en absorbant respectivement Buquebus et Euroferrys.