CMCP table sur un chiffre d’affaires de 2 milliards de DH en 2020

En dix ans, la société a enregistré une croissance de 50% de son CA, à 1,7 milliard de DH. Elle envisage d’investir dans d’autres segments, en l’occurrence les sacs en papier, et d’ouvrir une nouvelle unité de production dans la région du nord.

Dix ans après l’acquisition de la Compagnie marocaine des cartons et des papiers (CMCP), le numéro un mondial du papier et carton, International Paper, se dit satisfait des résultats de sa filiale marocaine et ambitionne de poursuivre son expansion sur le marché national. Le chiffre d’affaires a progressé de 50% en 10 ans pour atteindre 1,7 milliard de DH en 2015. A l’origine, «les programmes agricoles du pays qui conviennent parfaitement à nos orientations stratégiques sur les emballages fruits et légumes, ainsi que la demande croissante pour l’emballage industriel et le secteur de l’automobile», explique Eric Chartrain, vice-président et DG d’International Paper EMEA. Et d’ajouter : «Nous sommes donc décidés à poursuivre nos investissements pour faire évoluer notre activité et accompagner ainsi la croissance et les initiatives marocaines».Pour le moment, CMCP compte trois unités de production -Agadir, Kénitra et Casablanca- employant 1 350 salariés; elle contrôle 50% du marché du carton ondulé (suivie de GPC, Sonacar et Europac) et détient un portefeuille de 1 600 clients. Cette situation devrait évoluer sous peu. La société envisage en effet d’implanter une nouvelle unité dans le nord du pays. «La volonté est là. Cependant, nous n’avons pas encore décidé l’emplacement ni la taille de l’investissement. Le projet est en cours d’étude et pourrait aussi porter sur des partenariats», déclare le management de l’entreprise.

L’usine de Kénitra recycle environ 70% de la totalité du vieux papier collecté au Maroc

Les bonnes réalisations de la société semblent donc encourager la maison mère à miser davantage sur la filiale marocaine qui vise un CA de 2 milliards de DH en 2020. Pour y arriver, elle veut s’attaquer à d’autres segments, en l’occurrence la production des sacs en papier. «L’entreprise est aujourd’hui présente dans le comité de réflexion de la loi visant l’interdiction des sacs en plastique. L’adoption de cette loi prévue pour le mois de juin prochain pourrait se traduire par une production potentielle annuelle de l’ordre de 100 000 à 120000 tonnes de sacs en papier», développe le management. Sur ce volet, CMCP est aujourd’hui capable de produire entre 4 000 et 5000 tonnes par an grâce à ses deux machines. «Mais au fur et à mesure du développement de ce segment, nous pouvons augmenter notre capacité de production», explique le DG. La société envisage également de développer la part des exportations qui représentent aujourd’hui 15% de la production. Elle estime détenir un avantage de taille qui est la matière première. En effet, l’usine de Kénitra recycle environ 70% de la totalité du vieux papier collecté au Maroc, soit 110 000 tonnes par an.