CIH Bank commence à  récolter les fruits de son passage à  la banque 2.0

La banque revendique 100 000 connexions par mois à  ses canaux d’accès en ligne, ce qui lui confère une part de marché de 40% en matière de consultation. Bientôt la signature électronique et la certification de chèque en ligne.

Quelques semaines après l’enrichissement de son offre par des produits technologiques, CIH Bank commence à en récolter les premiers fruits. La banque reçoit à travers ses canaux d’accès en ligne 100 000 connexions par mois, ce qui lui confère 40% de part de marché en matière de consultation. Mais même si elle pousse de plus en plus les possibilités transactionnelles de ces canaux, notamment par le récent lancement d’une deuxième version de son application CIH Mobile, la clientèle ne s’y est pas encore mise franchement. Ainsi, CIH Bank n’enregistre que 20 à 25 transactions en ligne par jour avec un plafond quotidien de 100 000 DH. Pour autant, elle est bien décidée à creuser le sillon de la digitalisation et envisage l’introduction d’ici quelques temps de la signature électronique et de la certification de chèques en ligne. Parallèlement, la banque a annoncé à l’occasion de la communication de ses résultats semestriels 2014, en début de semaine, l’achèvement de la certification de ses activités monétique et crédit amortissable selon la norme ISO 9001 version 2008. Ce chantier a nécessité 2 ans de travail et se distingue par la certification de bout en bout de ces deux process, insiste le management du CIH.

L’activité bancaire a solidement progressé

De manière générale, un réel vent de renouveau souffle sur la banque. Les ressources clientèle se sont établies à fin juin 2014 à 22,2 milliards de DH, en progression de 5,6% par rapport à la même période de l’année passée au moment où l’ensemble du secteur bancaire connaît une croissance limitée à 4,5%. Cette bonne prestation sur les dépôts est à lier à l’effort de conquête commerciale maintenu avec le recrutement de 42000 nouveaux clients. Au registre des crédits, CIH Bank réussit une croissance de son stock de 3,3%, à 32,8 milliards de DH contre une hausse de 2,4% pour le marché. En la matière, il faut surtout retenir que les crédits hors immobilier ont connu une progression appréciable de 17,3%, à 7 milliards de DH (25% de l’encours global), confirmant la politique de diversification. Cette performance recouvre une hausse de 9,5% sur le crédit conso porté par la Sofac, filiale qui gagne en agressivité en se positionnant comme troisième opérateur sur le crédit conso.

Les activités bancaires et les sociétés de financement spécialisées dégagent ainsi un PNB de 859,5 MDH, en croissance de 3,6%. En revanche, le PNB de l’activité hôtelière chute à 3,2 MDH contre 54,2 MDH au premier semestre de l’année passée. Mais cela est à lier à l’entrée en périmètre de Tivoli en juin 2013 dont l’impact se monte à 53 MDH. Cela fait baisser le PNB du groupe de 2,3%, à 848 MDH. En parallèle, une augmentation des charges générales de 15,1%, à 520 MDH vient plomber l’exploitation, elle s’explique par le coût du changement d’identité visuelle opéré par la banque en mai dernier. Le coefficient d’exploitation s’établit donc à 61,4%. Au final, c’est l’évolution très favorable du coût du risque, qui passe de 31 MDH à -81 MDH, grâce à la poursuite de l’effort de recouvrement des dossiers historiques, qui vient doper le profit net. Le résultat net part du groupe s’établit à 268 MDH, en hausse de 9,1%.