CIH : Abdelkrim Raghni blanchi par la justice

La première audience a eu lieu le 23 novembre ; 18 personnes sont inculpées dont trois sont en fuite.

Ledossier du CIH vient d’amorcer un nouveau tournant. Son instruction est désormais terminée et la première audience s’est tenue le mardi 23 novembre dans l’enceinte de la Cour d’assise de Casablanca, à Hay Hassani. D’ailleurs, il s’agit là de la première affaire traitée par cette cour, après la disparition de la Cour spéciale de justice. Ceux qui s’attendaient à des confrontations lors de cette première audience ont été déçus. Le juge a décidé de son renvoi au 21 décembre prochain. Raison invoquée : une dizaine d’inculpés n’avaient pas reçu leurs convocations. Le renvoi permettra également aux avocats des deux parties de préparer leur défense.
Dans tous les cas, les prochaines audiences réservent sans nul doute leur lot de surprises. Dix-huit inculpés qui comparaissent libres sont poursuivis dans cette affaire pour détournement de deniers publics. A lire la liste des personnes impliquées au terme de l’instruction, on pourrait s’attendre à des rebondissements spectaculaires durant les prochaines semaines. Toutefois on notera que Abdelkrim Raghni, l’actuel DG du CIH, a finalement été blanchi par la justice au terme de l’instruction.

Pour la BNDE, l’instruction est toujours en cours
Aujourd’hui, trois personnes sur les 18 inculpées sont en fuite. Il s’agit de Naïma Hiyane, Ahmed Skalli et Moulay Zine Zahidi. Concernant Othmane Slimani, l’action pénale à son encontre est désormais éteinte après son décès.
Outre l’affaire du CIH, les prochains jours seront animés par les développements de l’instruction du dossier de la BNDE, confié au juge Bouabid Saba, de la Cour d’appel de Rabat. Selon des sources proches du dossier, plusieurs zones d’ombre pourraient être levées si Abdelhaq Ben Souleymane, ancien client de la banque, actuellement en fuite, était arrêté. Mais l’instruction en cours a toutefois permis de reconstituer les mécanismes qui auraient été utilisés par Farid Dellero, ancien PDG de la BNDE et son client Ben Souleymane pour détourner l’argent de la banque. Ainsi, dans le cadre d’une extension du réseau de la banque décidée par Dellero, ce dernier confiait à Ben Souleymane le choix des locaux devant abriter 11 nouvelles agences. Ce dernier «procédait à l’achat des propriétés au nom de son entreprise, Yassir, pour les revendre juste après à la banque à un prix 4 à 5 fois supérieur à celui de leur acquisition», affirme-t-on. La complicité entre le PDG de la BNDE et son client ne s’arrêterait pas à ce niveau. L’instruction a en effet relevé que les deux personnes ont procédé à la création d’une société, Bedelco, au nom de leurs fils et frère respectifs. Le capital social de l’entreprise ayant été financé par un chèque de Abdelhaq Ben Souleymane. Affaires à suivre.