Cido Consult, spécialiste espagnol de l’ingénierie, s’implante au Maroc

Il opère dans les études, le suivi et la coordination des travaux. Ses deux actionnaires, Cicsa et Dopec, ont déjà  réalisé des études dans le pays pour le compte de sociétés de BTP ibériques.

La vague d’implantation au Maroc des opérateurs ibériques de génie civil se poursuit. En effet, après les entreprises de travaux Copisa et Ecisa, pour ne citer que celles qui ont planté leur étendard dans le pays en 2011, c’est au tour du cabinet d’ingénierie catalan Cido Consult de convoiter le marché marocain. Aussi, ce spécialiste des études, suivi et coordination des travaux vient de s’implanter à Casablanca et entame une campagne de recrutement.
Cido Consult qui est la plateforme commune de deux ingénieristes basés à Barcelone, en l’occurrence Cicsa et Dopec, dédiée à l’export et la conquête du marché international, fait ainsi du Maroc une de ses premières zones d’implantation avec le Pérou et le Chili. Il rejoint ainsi deux autres pures players espagnols de l’ingénierie, Idom et BSA Proyecta, qui ont attaqué le marché marocain notamment pour accompagner des entreprises de travaux ou les maîtres d’ouvrage qui y réalisent des projets d’envergure.

Principal problème à surmonter, le manque d’ingénieurs en génie civil

Il faut dire aussi que les deux actionnaires de Cido Consult connaissent bien le Maroc pour y avoir mené des études importantes, que ce soit pour le compte du privé, comme ce fut le cas de Dopec en 2008, pour le compte du promoteur ibérique Mixta Africa (complexe résidentiel à Martil), ou encore pour des donneurs d’ordre publics tel Autoroutes du Maroc qui avait confié à Cicsa les études d’un des tronçons de l’élargissement de l’autoroute Casa-Rabat.
Le grand défi pour ces ingénieristes espagnols qui choisissent de franchir le détroit est de trouver les ressources en nombre suffisant dans un pays qui connaît une pénurie notoire d’ingénieurs en génie civil et que les meilleurs cabinets marocains s’arrachent en leur offrant un cadre plus pérenne et des expériences parfois continentales, sachant que les deux premiers opérateurs marocains, CID et Novec, comptent dans leur carnet de commandes de multiples projets dans le continent, notamment en Afrique de l’Ouest.