Christine Lagarde pointe la dualité du marché du travail au Maroc

La patronne du FMI milite pour un marché de travail flexible, assurant la fluidité des flux et des facteurs en son sein. Elle recommande de s’atteler à  reconstituer les réserves dans une démarche anticyclique pour parer à  d’éventuelles crises et de s’assurer que les investissements en infrastructures sont en harmonie avec les politiques de développement arrêtées.

Face à une audience composée presque d’étudiants, Christine Lagarde s’est livrée à un exercice didactique à l’Université internationale de Casablanca (UIC). La directrice générale du FMI s’est attardée sur la problématique de l’employabilité et de l’intégration des jeunes dans les circuits productifs en  prônant un modèle de croissance qui soutient la création d’emplois.

Pour elle, la dualité du marché du travail entre une population protégée et une autre exposée (flexible et précarisée) représente la première entrave à l’accès des jeunes à l’emploi. Face à cela, le FMI recommande des politiques d’emploi volontaristes favorisant l’accès des diplômés dans des conditions égales, des actions claires de la part des leaders en faveur de l’insertion des jeunes et une croissance tirée à la fois par le public et le privé.

A ce titre, la directrice générale du FMI, fidèle au discours bien formaté du FMI, relève que la croissance générée par le privé n’est possible qu’avec des fondamentaux macroéconomiques sains qui garantissent la confiance des investisseurs. «C’est justement en surveillant ces fondamentaux que le FMI aide à la croissance. Ceci en dehors des activités de prêts et d’assistance technique, les deux autres lignes de métier de l’institution de Breton Woods», a-t-elle rappelé.

Redistribution des cartes dans le monde

Par ailleurs, la patronne du Fonds a mis en exergue la redistribution des cartes qui est en train de s’opérer dans le monde. Trois grandes tendances se dégagent à cet égard. «Primo, le mouvement de globalisation des flux financiers, des biens, et des facteurs de travail, devra s’intensifier et nous doutons fort qu’il soit réversible.

Secundo, l’émergence d’un certain nombre de puissances économiques mais dont le rôle politique et financier sur la scène mondiale n’est pas encore achevé (Chine, Inde,..). Et enfin, corollaire de la deuxième tendance, l’affaiblissement de la position de plusieurs puissances mondiales dont la représentation se fera de plus en plus en faveur des pays émergents dans la prochaine décennie» a affirmé Mme Lagarde.

Cela dit, la représentante du FMI a félicité au passage le Maroc pour la discipline budgétaire et le respect des équilibres macroéconomiques dont il fait montre. Dans ce sens, elle a recommandé au Royaume, à l’instar des autres bons disciples de l’institution, de s’atteler à reconstituer les réserves dans une démarche anticyclique pour parer à d’éventuelles crises tout en s’assurant que les investissements en infrastructures sont en harmonie avec les politiques de développement arrêtées sur le moyen et long terme.