Chantier naval de Casablanca : l’ANP construira finalement l’élévateur à  bateaux !

L’agence a fini par céder à  la pression de la communauté portuaire n La plate-forme élévatrice sera construite dès la première phase. Coût estimé : 850 MDH.

C’est un virage à 180 degrés que vient d’opérer l’Agence nationale des ports (ANP) dans le cadre du projet du nouveau chantier naval. Elle vient de lancer un appel d’offres pour la construction d’une plate-forme élévatrice à bateaux dans le cadre de la première phase de ce projet.

Pour rappel, ce sujet avait fait polémique en début d’année (www.lavieeco.com), lorsque l’agence avait annoncé que cette première phase du nouveau chantier naval portera sur la construction d’une cale sèche. A l’époque, les professionnels du secteur maritime, particulièrement Chantier et Atelier du Maroc (CAM), principal opérateur marocain dans ce domaine, étaient sortis de leurs gongs pour dénoncer le schéma adopté. A l’ANP, on faisait valoir que des études avaient été menées et avaient démontré que le besoin à court terme allait surtout concerner la cale sèche. C’est suite à cela que le projet de construction d’un élévateur à bateaux avait été relégué à la deuxième phase du chantier qui n’est programmée qu’à moyen terme. «Une réunion avait été menée durant les mois qui ont suivi la polémique sous l’égide du ministère de l’intérieur et de celui de l’équipement et des transports. C’est là où l’ANP a été convaincue de la pertinence d’intégrer l’élévateur à bateaux dans la première phase du projet», explique, avec soulagement, Chafiq Essakalli, PDG de CAM.

La plate-forme pourra accueillir des navires de 160 m de longueur

Notons que le nouveau chantier naval fait partie du projet de reconversion du port de Casablanca que le Souverain suit particulièrement. L’un des objectifs majeurs assignés au nouveau chantier est qu’il puisse avant tout répondre aux besoins des professionnels nationaux. Or, ces derniers estiment que la demande actuelle adressée au secteur de la réparation navale émane principalement des navires de taille moyenne et que, dans ce contexte, c’est la plate-forme élévatrice qui répond mieux au besoin.

En tout cas, l’ANP, CAM et d’autres acteurs impliqués dans ce projet se sont mis autour d’une même table en vue de discuter de la pertinence de programmer la construction de l’élévateur à bateaux dès la première phase du projet. C’est ce qui se concrétise donc aujourd’hui avec l’appel d’offres lancé par l’ANP. D’après les documents accompagnant celui-ci, la plateforme élévatrice devrait coûter environ 850 MDH et pourra traiter des navires longs de 160 mètres au maximum. La cale sèche sera quant à elle principalement destinée aux navires plus grands (de 180 à 240 mètres). La construction devrait en principe démarrer au début de l’année prochaine.