CGEM : les fédérations rentrent dans le rang

Mohamed Chraïbi quittera la présidence de la Fenagri et Bouchaïb Benhamida celle de la FNBTP
Les unions régionales du sud et de l’Oriental seront réactivées
Expectative pour la Fédération de l’automobile.

Les choses se précisent pour les fédérations membres de la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc) dont les statuts devront se conformer à ceux de la confédération. Cette mission figure d’ailleurs sur la feuille de route du nouveau bureau du patronat. Sur la liste des fédérations visées par cette opération figure, entre autres, la Fenagri dont le président, Mohamed Chraïbi, en est à son troisième mandat. Finalement, ce dernier a pris de court tout le monde en décidant de rendre son tablier avant les délais. Normalement, et en vertu d’une lettre qui lui a été adressée en novembre 2006 par la commission ad hoc présidée par Jawad Cheikh Lahlou, le mandat de M. Chraïbi n’arrivera à terme qu’en mai 2007. Le président sortant a décidé de provoquer une assemblée générale élective avant terme, dont la date a été fixée par le dernier conseil d’administration au 13 mars prochain.

Seulement, et selon des membres du bureau, la Fenagri risque de se retrouver sans président si aucun candidat ne se présente. Mohamed Jamal Eddine, directeur général de Tria, qui s’était déclaré, a retiré sa candidature, décision confirmée par une lettre adressée au président sortant. «Il serait dramatique de se présenter à l’assemblée sans candidats», déplore un membre de la Fenagri. Selon certains membres, Saïd Laâlej, patron du groupe Unimer, et Hakim Marrakchi, actuel président de l’association de la biscuiterie, ont été approchés pour présenter leurs candidatures.

Le président de la FISA ne peut pas rempiler non plus
Les choses sont moins avancées à la FNBTP (Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics) dont la réunion du conseil d’administration est prévue pour le mois prochain. «C’est cette instance qui décidera de la date de l’assemblée générale qui pourrait éventuellement se tenir en avril». Pour le moment, Bouchaïb Benhamida, président qui a marqué ses mandats par plusieurs réalisations dont, au passage, la signature d’un contrat-programme, ne veut se déclarer pour personne. «Les 1 300 membres sont tous des candidats potentiels», indique-t-il.

La situation est plus confuse du côté de la Fédération de l’automobile. C’est même la paralysie totale. Les trois associations professionnelles du secteur, l’Aivam (Association des importateurs de véhicules automobiles montés) pour les agents de marques, l’Amica (Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile) pour les industriels et le GPLC (groupement du poids lourd), ne sont pas encore arrivés à se réunir. La Fisa (Fédération de l’industrie avicole) est aussi dans l’expectative. Son président sortant, Youssef Alaoui, ne peut plus se représenter, son poste de vice-président de la CGEM étant incompatible avec ses activités à la tête de cette fédération.

S’agissant des unions régionales, deux antennes sont à l’agenda de l’actuel bureau. Il s’agit de celle de Laâyoune, dont le dossier est confié au vice-président général de la CGEM, Mohamed Chraïbi, et celle de l’Oriental, dont le traitement a été confié à Hammad Kessal. Selon des sources concordantes, ces antennes devraient être réactivées incessamment. «Des contacts sont établis avec les hommes influents de chaque région pour qu’ils s’investissent dans leur gestion», confie une source au bureau de la CGEM.