Centres aérés : 850 à  2 000 DH par semaine pour occuper les enfants

Les parents ont le choix entre des formules d’externat et d’internat. Jeux éducatifs, sport et excursions…,une palette de prestations est proposée. Certaines écoles privées prévoient des programmes pour Ramadan.

De l’animation instructive. C’est ce que veulent donner les centres aérés aux enfants pendant les vacances d’été. Ils proposent en effet des activités axées sur le sport et la culture. Ces organismes, structures spécialisées ou écoles privées, sont très sollicités, notamment en juillet. Le concept a été introduit au Maroc en 1982 par Mme Bennis, directrice de la célèbre école Mamma Habiba.
L’offre est essentiellement articulée autour du sport et de l’initiation artistique des enfants. «C’est pour leur permettre une ouverture sur le monde qui les entoure, les sensibiliser aux problèmes de l’environnement et  pour accompagner leur épanouissement artistique et culturel», explique un animateur de la Fondation des œuvres laïques (FOL). Dans ce club, les activités sont organisées durant une semaine pour un groupe d’environ 70 enfants, répartis en sections de 10 en fonction de l’âge et de leurs centres d’intérêts. En dehors d’une sortie, travaux manuels, musique, dessin et théâtre ont lieu sur le site de la FOL. Le séjour d’une semaine est facturé 850 DH, hors restauration assurée par les parents.   
Mamma Habiba propose une «formule urbaine» consistant à recevoir les enfants du matin au soir (8 h 30 à 18 h). Plusieurs activités leur sont proposées dont la natation, l’équitation et des excursions. Le prix du séjour hebdomadaire est fixé à 1500 DH (1200 + 300 DH pour le transport). Il faut en revanche 3 000 DH pour un séjour résidentiel de 10 jours dans le Centre hippique de Chtouka. Cette formule est ouverte aux enfants âgés de 7 à 14 ans.

Du yoga pour favoriser l’autonomie de l’enfant

Chez Catherine Guyot, psychomotricienne à Casablanca, les enfants (5 à 15 ans) ont le choix entre l’externat de cinq jours, de 9 à 17 heures,  facturé 1 700 DH, restauration et transport compris, et un internat d’une semaine contre 2 000 DH.
Si dans les autres clubs de vacances, les activités sont essentiellement sportives et culturelles, les formules de Mme Guyot sont axées sur une approche psychologique. A ce titre, une séance quotidienne de yoga d’une durée de 30 mn est programmée  pour «favoriser l’autonomie et l’indépendance des enfants». A la fin de chaque séjour, ils présentent un spectacle de danse ou de théâtre pour les parents.
Certaines écoles privées ont investi le créneau en proposant des activités similaires à celles des centres ou des sorties à la piscine dans le cadre de conventions signées avec des complexes de la place, notamment  l’AquaPark de Tamaris. Les prestations sont facturées 500 à 600 DH (repas non compris) par semaine, en plus d’une assurance de 100 DH. Plusieurs responsables d’école précisent que «c’est une prestation qui rend service aux parents qui travaillent durant le mois de juillet». D’ailleurs, pour l’été 2011, certaines écoles prévoient d’ouvrir durant la première quinzaine d’août pour «occuper les enfants pendant Ramadan où beaucoup de familles ne partiront pas vacances».