Centrale Laitière lance la plus grande ferme laitière d’Afrique

Située dans le Gharb, la ferme pilote abritera 10 000 vaches d’ici 2012.
L’expérience sera reconduite dans d’autres régions.

Le renforcement de l’amont agricole est un des principaux axes de la stratégie du groupe Ona. Les patrons de la holding l’ont, une nouvelle fois, souligné lors de la présentation à la presse des résultats financiers de l’exercice 2008, jeudi 9 avril courant. L’objectif est de garantir l’approvisionnement de ses trois filiales que sont Cosumar, Centrale Laitière et Lesieur. C’est dans cette optique que la Centrale Laitière est en train de monter dans la région du Gharb une ferme pilote qui abritera 10 000 vaches laitières, à l’horizon 2012, soit le plus grand projet laitier d’Afrique..
Pour l’heure, 400 vaches sont déjà sur place. Le troupeau comptera 3 200 têtes, à la fin de l’année. Lancé en partenariat avec la Somed, le projet de cette ferme pilote sera dupliqué dans d’autres régions. Pour l’instant, Centrale Laitière ne donne pas de détails sur le calendrier de développement de ce programme et ne se prononce pas non plus sur le montant de l’investissement.

1,5 milliard de DH de lait frais acheté chaque année
Les 10 000 vaches produiront, d’après les prévisions de Centrale Laitière, 30 millions de litres de lait par an. Sachant que les besoins en lait augmentent de 10 % par an, la production annuelle de cette ferme permettra, a expliqué Driss Bencheikh, PDG de Centrale Laitière, lors de la présentation des résultats 2008, de satisfaire une grande partie des besoins en lait. En 2008, la société a produit 502 millions de litres sur une production nationale de 1,6 milliard de litres, qui couvre environ 85 % des besoins du marché.
Les responsables précisent que la ferme ne concurrencera en aucun cas les éleveurs du réseau de collecte qui compte aujourd’hui 112 000 affiliés à qui Centrale Laitière assure une aide financière, notamment l’octroi d’une subvention pour l’achat de l’aliment de bétail d’un montant annuel total de 150 MDH.
Chaque année, la société achète pour 1,5 milliard de DH de lait frais auprès de ces éleveurs. En plus de l’assistance financière, l’industriel assure aussi un encadrement technique des éleveurs, qui sera renforcé grâce à un centre de formation au sein de la ferme pilote.
Les éleveurs pourront bénéficier de plusieurs jours de formation sur les techniques d’élevage pour leur permettre d’améliorer leur productivité.  Il faut par ailleurs préciser que le programme d’importation de génisses destinées à la ferme est différent des opérations qui se font en faveur des éleveurs.