Ce que sera Agadir dans quatre ans

En 2024, on ne reconnaîtra plus la capitale du Souss. SM le Roi Mohammed VI a lancé mardi dernier le programme de développement urbain d’Agadir 2020-2024. Une enveloppe globale de près de 6 milliards de DH est allouée pour la réalisation de plusieurs projets. Le but étant de faire de la cité qui fête cette année les soixante ans de sa renaissance après le séisme de 1960, une métropole économique accomplie. Le détail de ce chantier d’envergure.

Les Gadiris sont des gens heureux. La visite royale tant souhaitée a enfin lieu en ce moment. SM le Roi a donné mardi dernier le coup d’envoi du programme de développement urbain d’Agadir. Un chantier d’envergure qui devrait transformer au bout de quatre ans (2020-2024) la capitale du Souss en un pôle économique intégré, locomotive de toute la région.

Agadir 2020/2024
Agadir 2020/2024

Décliné en six axes, ce grand projet structurant va nécessiter pour sa réalisation une enveloppe globale de 5,991 milliards de DH, a précisé Ahmed Hajji, wali de Souss-Massa, lors de la présentation de ce programme devant le Souverain. Le but étant l’amélioration des conditions de vie des populations, le renforcement des infrastructures de base et de l’attractivité de la cité en tant que destination touristique. Il s’agit aussi d’accompagner le développement économique de la région et le pari industriel qu’est en passe de réussir Souss-Massa à travers notamment l’implantation de nouvelles zones industrielles intégrées dans le cadre du Plan régional d’accélération industriel. Pour ce faire, plusieurs projets structurants sont au programme à travers les six axes retenus. En voici le détail.

Mobilité : la ville aura sa ligne BHNS en 2022

C’est à la mobilité urbaine qu’est consacré le premier axe du PDU d’Agadir. Il s’agit de la mise en place de la première ligne du bus à haut niveau de service de la ville d’Agadir. Le chantier «s’inscrit dans le cadre des objectifs de la Stratégie nationale des déplacements urbains visant à établir un système de déplacements urbains efficace, de qualité, au moindre coût, respectueux de l’environnement et garantissant une viabilité financière durable, avec priorité au transport en commun», est-il indiqué dans une note sur le projet. Les réflexions engagées dans le cadre de ce projet ont retenu une ligne prioritaire d’environ 15,5 km pour la mise en service du BHNS, parcourant la ville selon un axe Nord-Sud-Est. Le moyen de transport en commun reliera précisément le port d’Agadir au quartier de Tikiouine et aux zones industrielles avoisinantes et desservira le quartier administratif de la ville, l’avenue Hassan II, Souk El Had, l’avenue Hassan Ier, le complexe universitaire Ibn Zohr, et la zone industrielle de Tassila. Pour réaliser ce programme, il faudra un budget de 1,2 milliard de DH dont environ 900 millions de dirhams pour les travaux d’infrastructures de transport et une enveloppe estimée à 300 millions de dirhams pour les aménagements urbains. Pour assurer la réalisation et la conduite du projet de la ligne du bus à haut niveau de service, une société de développement local, «Grand Agadir pour la mobilité et les déplacements urbains» (SDL), a été créée.

Agadir
Agadir

Une voie de contournement Nord-Est pour décongestionner la ville

Le deuxième axe du nouveau PDU d’Agadir mobilisera une enveloppe globale de 2,44 milliards de DH pour le renforcement des infrastructures de base et le décongestionnement de la ville. Il s’agit notamment de la réalisation de la première tranche de la voie de contournement Nord-Est d’une longueur de près de 25 km, reliant l’aéroport d’Agadir Al-Massira au port commercial de la ville, l’aménagement d’ouvrages d’art et des nouvelles entrées de la ville à partir de cette future voie et l’élargissement et la réhabilitation de la voie expresse.
Ce projet nécessitera pour sa réalisation 770 millions de DH. Il est question également dans le cadre de ce deuxième axe du réaménagement notamment des grandes artères de la ville et l’installation des caméras de surveillance sur ces infrastructures et les grandes places publiques. C’est un montant de 460 millions de DH qui est réservé à la réalisation des projets retenus dans la cadre du renforcement de l’attractivité de la destination Agadir. Réhabilitation de la corniche, réalisation d’équipements publics, renforcement de la voirie et du réseau d’éclairage ainsi que le réaménagement des espaces verts de la zone, sont au programme. Il s’agit aussi de la liaison transversale de la ville avec la zone côtière et de la réhabilitation du parc ‘’la Vallée des oiseaux’’ et la création de circuits touristiques thématiques.

Préservation de l’environnement

C’est autour de la préservation de l’environnement que s’articule le quatrième axe. Il s’agit notamment de la création du parc de Tikiouine et du parc Al Inbiâat sur une superficie respective de 28 ha et 25 ha. En outre, sont prévus la mise à niveau du parc Ibn Zaidoun et du jardin Olhao ainsi que la modernisation du mobilier urbain. Dans ce contexte, le wali de la région Souss-Massa a souligné que les espaces verts de la ville d’Agadir, ainsi que les terrains de golf, seront arrosés avec des eaux usées traitées. L’ensemble des projets retenus dans le cadre de ce programme de préservation de l’environnement nécessitera la mobilisation de 348 millions de DH.

Valorisation du patrimoine de la ville

Promotion du culturel et de la chose religieuse sans oublier la protection et la valorisation du patrimoine de la ville, ce sont les trois volets qui constituent le cinquième axe du nouveau PDU d’Agadir. Il s’agira à travers une enveloppe globale de 663 millions de DH de réaliser plusieurs projets dans ce cadre. Parmi eux, la restauration de la Kasbah d’Agadir Oufella, l’aménagement de complexes culturels et religieux ainsi que la réhabilitation de plusieurs édifices et places publiques d’Agadir. Parmi les projets figure l’aménagement en musée de l’ancien bâtiment de Bank Al Maghrib. Il s’agit aussi d’un complexe scientifique, culturel et religieux au quartier Founty d’un montant de 90 millions de dirhams et d’une grande mosquée à Hay Essalam pour une enveloppe de 50 millions dirhams.

Mise à niveau des quartiers sous-équipés

C’est autour de la mise à niveau des équipements sociaux de base et le parachèvement de la mise à niveau des quartiers sous-équipés que s’articule le sixième axe du PDU d’Agadir. Ces opérations absorberont une enveloppe globale de 875 millions de DH. Parmi les projets retenus figurent l’implantation de nouveaux établissements de santé, d’enseignement et de sport. Il s’agit également de développement d’activités économiques et de commerce de proximité.
Le réaménagement du Marché municipal, du Marché de Talborjt, de celui implanté à Anza Oulya et des cafés restaurants à l’entrée du port d’Agadir est au programme. Dans une allocution devant le Souverain, le wali de la région Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, a souligné que le nouveau programme procède d’une approche participative systématique ayant associé les différents acteurs de la ville. Cette approche participative est aussi traduite au niveau du financement de ce programme ambitieux. Plusieurs collectivités, établissements et ministères contribuent à la réalisation de ce chantier de développement urbain. Une convention cadre a été signée devant le Souverain par l’ensemble des partenaires.