CDG : une organisation rationalisée et des résultats 2005 en hausse

Le groupe filialise ses principaux métiers en créant CDG Développement et CDG Capital.
Son résultat net croît de 41,5% à 1,6 miliard de DH.

«Un groupe financier public, dédié au développement économique et social du Maroc», telle est la vocation du plus grand institutionnel du pays qu’est la CDG, selon son directeur général, Mustapha Bakkoury. Présente, à travers ses filiales, dans une multitude de secteurs économiques (infrastructures, immobilier, assurances, finances…), la CDG a senti la nécessité de revoir son organisation afin d’accroître sa performance dans tous ses métiers.

Elle est désormais constituée autour de deux blocs. Le premier comprend les pôles fonctionnels, à savoir la stratégie et développement, les finances et les activités de support. Le deuxième bloc est formé du pôle gestion des fonds institutionnels et de prévoyance (CNRA/RCAR), le pôle développement territorial (CDG développement), et celui englobant les métiers de banque, finance et assurance (CDG Capital, CD2G, Sanad-Atlanta, CIH, Fipar Holding…).

Cette refonte du système organisationnel a été bouclée durant 2005, l’année de mise en place de sa holding opérationnelle CDG développement, et d’obtention de l’agrément de sa nouvelle entité financière : CDG Capital. Mais 2005 a été également l’année des bons résultats. Le groupe affiche un produit net bancaire (PNB) qui croît de 8% à 1,3 milliard de dirhams, et un résultat net en hausse de 41% à 1,6 milliards.

Au-delà des chiffres, le groupe CDG a connu en 2005 des évènements qui ne manquent pas de favoriser une croissance pérenne. Dans la gestion des fonds institutionnels, la CDG a été désignée comme établissement dépositaire et gestionnaire des fonds issus de l’AMO (Assurance maladie obligatoire). Dans la prévoyance, la CDG, à travers le RCAR, a pris la gestion de plusieurs caisses de retraite internes (ONE, JLEC et OCP, en cours). Dans le développement territorial, d’importants chantiers ont été confiés aux filiales de CDG Développement, comme la marina de Casablanca, une partie du projet d’aménagement de la vallée de Bouregreg, et le lancement de Casashore et Technopolis dans le cadre de la vision «Emergence».

Dans les métiers de la banque et des finances, la CDG prend le contrôle du CIH, renforce les participations détenues par Fipar holding, augmente le capital de la SCR et noue un partenariat avec Holmarcom pour développer l’entité Sanad-Atlanta. Tout n’a pas été dit et 2006 sera meilleure, promet-on.