Castel va céder l’activité boissons

Des négociations sont en cours avec deux postulants : un marocain et un espagnol n Castel donne désormais la priorité à  la production de bière.

Quelques semaines à peine après avoir acheté SBM (Société des Brasseries du Maroc), BGI, filiale marocaine du groupe français Castel, est en passe de céder l’activité boissons gazeuses représentée par la SCBG (Société centrale des boissons gazeuses). Selon des sources proches du dossier, des tractations sont déjà en cours avec deux embouteilleurs : un marocain et un espagnol, qui figure parmi les plus importants du royaume ibérique. Pour le moment, les responsables du groupe se montrent très discrets aussi bien sur le nom des prétendants que sur les raisons du retrait.
Comment expliquer que Castel vende au bout d’un laps de temps aussi court. S’agit-il d’une opération spéculative ?
Au lendemain de la reprise de SBM, certains observateurs pensaient, au contraire, que Castel allait renforcer sa présence dans le domaine des boissons gazeuses, un segment dans lequel il est déjà présent au Maroc par le biais de Cobomi qui peine encore à trouver ses marques. Les analystes s’attendaient, à tout le moins, à l’absorption de cette dernière par SBM pour des raisons de synergie. Apparemment Castel n’avait nullement cette intention. Aujourd’hui, on avance que le groupe français était obligé de tout acheter du fait que l’ONA n’était pas prêt à céder séparément les sociétés dont il voulait se débarrasser.
Coca-Cola export surveille de près les négociations
Autre explication avancée cette fois-ci par une source proche du dossier : la SCBG, déjà bien avant son passage dans le giron de BGI, n’est pas un cadeau. Avec environ 3 000 employés, elle souffre de sureffectif et les syndicats se sont récemment opposés à toute tentative de dégraissage. En plus de cela, les charges d’exploitation sont trop élevées par rapport aux normes dans le secteur.
Quoiqu’il en soit, une chose est sûre, Castel est vendeur.
L’opération qui est en train de prendre corps intéresse tout particulièrement Coca-Cola Export. Non pas en tant qu’acheteur, mais du fait que la firme d’Atlanta est très proche de ses embouteilleurs. Du côté de la représentation marocaine, on confirme bien l’intention de Castel. On précise également que les «négociations portent exclusivement sur l’activité boissons gazeuses» et que le groupe français «conservera les bières, sa véritable vocation». Quoi qu’il en soit, le résultat que Coca-Cola Export attend des négociations est clair : le repreneur devra lui être très proche.
Rappelons que Castel est l’embouteilleur exclusif de Coca-Cola, d’Orangina et de Schweppes dans 12 pays d’Afrique subsaharienne. Il gère plusieurs marques de vins, d’eau, de boissons gazeuses et de bière. Visiblement, sur le marché marocain, la multinationale française veut donner la priorité à ce dernier type de produits qu’elle maîtrise parfaitement. Reste maintenant l’éternelle énigme, Cobomi et notamment les sodas de marque Top’s qui n’arrivent pas à percer