Casablanca : le taux de réalisation des projets prévus pour 2014 dépasse 70%

La livraison des premiers projets devrait commencer à  partir d’avril. La trémie du rond-point Dakar et l’autoroute urbaine sont les premiers sur la liste. Beaucoup de travail reste encore à  faire pour la rocade Sud et le collecteur Casa-est.

Casablanca va-t-elle réellement commencer à changer de visage dès cette année ? C’est en tout cas le souhait exprimé par le président du Conseil de la ville lors de la présentation, mi-février, du plan d’urgence de la métropole.

En fait, l’enjeu, tel que l’avait souligné Mohamed Sajid, est de permettre aux autorités de la ville de gagner en crédibilité avec la concrétisation des premiers chantiers. Dans ce sens, ils comptent aujourd’hui sur la finalisation de plusieurs projets structurants lancés depuis quelques années et qui sont censés être menés à terme cette année. Le défi est alors de respecter les délais de réalisation annoncés pour prouver que les promesses faites dans le cadre du nouveau plan d’urgence peuvent bien être tenues, et dans les temps. Ce challenge sera-t-il relevé ?

La Vie éco est allé sur le terrain pour s’assurer de l’état d’avancement des principaux chantiers en cours de la ville, notamment ceux liés aux infrastructures routières. Première conclusion : malgré la volonté des autorités de la ville, certains de ces projets pourraient bien connaître du retard dans leur inauguration.

Le premier est la trémie du rond-point Dakar. La livraison a déjà été retardée par deux fois (en décembre 2013 puis en janvier 2014) pour des raisons liées parfois aux simples aléas climatiques ou aux fêtes religieuses (www.lavieeco.com). Aujourd’hui, la ville promet la finalisation du chantier avant la fin du mois en cours.Ce délai semble en fait réalisable. Sur le terrain, la trémie en soi est quasiment finalisée, seuls les derniers tests techniques sont en cours.
En revanche, les travaux se poursuivent au niveau des équipements adjacents.

En effet, les autorités locales ont profité de ce projet pour refaire les trottoirs et revêtir la chaussée. L’objectif est de faire du Boulevard Al Mouqawama une des premières artères concernées par le projet de modernisation des voiries (l’objectif est de dupliquer le modèle adopté il y a quelques années sur les boulevards d’Anfa et Al Massira). D’après les échos recueillis sur place, les travaux restants ne nécessiteraient pas plus d’une dizaine de jours.

Cependant, cela n’augure en rien l’ouverture de la trémie à la circulation une fois ce délai écoulé. Et pour cause, le Conseil de la ville pencherait actuellement sur la possibilité de programmer l’inauguration en marge de la prochaine visite du Souverain dans la métropole. Dans ce cas-là, la date d’inauguration de la trémie ne dépendra plus de l’achèvement des travaux. De quoi la faire coïncider avec la finalisation d’un autre projet tout aussi structurant pour la circulation dans la métropole, l’autoroute urbaine. Selon l’agenda du Conseil de la ville, les travaux devraient être finalisés dans un mois. Actuellement, le chantier affiche un taux de réalisation proche des 80%.

Cependant, à la différence de la trémie de Dakar, une grande partie du tronçon de l’autoroute est déjà ouverte à la circulation en 2 X 3 voies, notamment le tronçon allant de l’entrée sud de la ville jusqu’à la zone industrielle de Sidi Bernoussi.

Reste à finaliser la partie reliant l’autoroute urbaine à l’autoroute Casa-Rabat, avant de se focaliser sur les aspects paysagers, notamment de nouvelles plantations sur les bords de l’autoroute et la réalisation d’espaces verts. Il faut également noter que ce projet, qui semble pour l’heure respecter les délais, est lié à d’autres chantiers en cours dans la métropole. Il s’agit du projet de modernisation de certaines grandes artères, à l’instar de la route Ouled Ziane, qui permettent de relier l’autoroute urbaine au centre de la métropole.

Dès que ces deux infrastructures seront achevées, les regards se tourneront vers la rocade Sud, ce projet d’une voie express de 9 km permettant de contourner la ville en desservant Hay Hassani, Bouskoura et Dar Bouazza. Pour l’heure, le délai de finalisation du projet reste ouvert.

Selon le Conseil de la ville, cela devrait se faire durant l’été prochain, sans autre précision. Au niveau du chantier, le taux de réalisation dépasse les 70%, et deux des trois échangeurs prévus dans le projet sont déjà réalisés. C’est le cas de ceux prévus sur la route nationale 1 et sur la route Errahma reliant El Oulfa et Moulay Thami. Le troisième, en cours de construction, se situe au niveau de la route d’Azemmour.