Casa et Rabat trustent l’offre de soins

Revers de la médaille de la forte attractivité de Rabat et de Casablanca dans le secteur de la santé publique, un déséquilibre important s’est créé sur le plan national avec les autres grandes villes marocaines.

Avec une couverture en infrastructures de santé et un taux d’encadrement médical parmi les plus élevés du Royaume (19,3 lits hospitaliers et 20,3 médecins pour 10 000 habitants), l’offre de santé de Rabat domine presque tous les indicateurs. Le centre hospitalier et universitaire d’Ibn Sina, qui compte plus de 2 500 lits et 10 établissements de soin et d’hospitalisation, est la structure médicale la plus importante du pays. Avec une telle infrastructure, Rabat propose certes des statistiques intéressantes mais encore insuffisantes, le nombre de lits hospitaliers ne dépassant pas les 3 600. Par ailleurs, le nombre important de médecins, 3 735, qui lui permet d’occuper  la 1ère place du classement, est à mettre en comparaison avec un manque important de personnel paramédical public, avec 2 877 membres.

Casablanca offre le même nombre de lits d’hôpitaux que Rabat (grâce notamment à la présence du centre hospitalier universitaire Ibn Rochd (1 630 lits), mais ayant une population nettement plus importante, est nettement en-deçà de sa voisine avec seulement 11,1 lits et 9,1 membres de personnel paramédical par tranche de 10 000 habitants. Pour ce qui est du nombre de médecins, Casablanca ressort avec la deuxième place du classement avec 16,1 médecins pour 10 000 habitants. Mais ces résultats sont très faibles et de nombreux efforts sont à envisager afin d’atteindre un niveau acceptable.
Fès, elle, arrive en 2e position du classement des grandes villes grâce à ses bonnes dispositions hospitalières. Proposant un ratio d’infrastructures médicales comparable à celui de Rabat, avec 19,3 lits pour 10 000 habitants (le centre hospitalier universitaire Hassan II ayant une capacité d’accueil de 880 lits), Fès pêche toutefois par un manque de ressources humaines de santé publique avec 10,3 médecins et 14,3 membres du personnel paramédical par tranche. L’évolution des infrastructures de santé publique fassies, via le CHU Hassan II, laisse espérer une amélioration  rapide de son système de santé et de ses ressources humaines.
A l’inverse, la ville de Tétouan, qui possède 3 fois moins de médecins par habitant que Rabat, termine dernière de ce classement de grandes villes avec un très faible nombre de médecins (6,3 pour 10 000 habitants) et de personnel paramédical public (2,5 pour 10 000 habitants), l’absence de centre hospitalier universitaire y étant pour beaucoup. Rapportée à l’échelle nationale, Tétouan occupe la 13e place quant à sa capacité hospitalière avec 26,5 lits par tranche de 10 000 habitants. Revers de la médaille de la forte attractivité de Rabat et de Casablanca dans le secteur de la santé, un déséquilibre important s’est créé sur le plan national avec les autres grandes villes marocaines.

El Jadida surclasse de loin les villes moyennes

Les villes de Marrakech, Tanger, Agadir, Oujda et Meknès ont un nombre de médecins pour 10 000 habitants inférieur à 10. Autre élément important, seule la moitié des villes du top 10 possède un centre hospitalier universitaire : Rabat, Casablanca, Agadir, Marrakech et Fès.
Pour les villes moyennes, c’est El Jadida qui arrive en tête, la ville étant dotée d’infrastructures importantes (plus de 26 lits hospitaliers pour 10 000 habitants), d’un bon taux d’encadrement du personnel de santé (plus de 38 membres du personnel paramédical pour 10 000 habitants) et d’un nombre de médecins de 19,9 pour 10 000  habitants. Ces chiffres sont ainsi à comparer avec les moyennes des autres villes : 22,7 lits hospitaliers pour 10 000 habitants et 10,4 médecins pour 10 000 habitants.
De son côté, Mohammédia souffre de sa proximité avec Casablanca : le nombre de médecins y est largement insuffisant (4,5 médecins pour 10 000 habitants contre une moyenne de 10,4 pour les villes moyennes) et la capacité d’accueil y est faible puisque l’on dénombre uniquement 20 centres  dispensant des soins  pour une ville qui compte près de 250 000 habitants. Le constat est le même pour Laâyoune et Guelmim souffrent d’un manque important de médecins avec respectivement 6,1 et 5,2 médecins pour 10 000 habitants.
L’offre de santé est généralement le maillon faible des petites villes. Le déficit y est particulièrement notable : absence de CHU, taux d’encadrement du personnel de santé insuffisant. Les petites villes ont du mal à séduire les médecins  qui leur préfèrent généralement les métropoles. La bonne surprise est pour la ville d’Al Hoceima, véritable pôle de santé avec un nombre important d’infrastructures de santé hospitalières qui, avec ses 525 lits soit 94,7 lits par 10 000 habitants, permettent à la ville de bien se classer. Le nombre de médecins y est très important avec pas moins de 31 médecins par tranche de 10  000 habitants (soit 173 médecins), et offre ainsi à Al Hoceima la 1ère place nationale sur ce critère.

Ouarzazate arrive en 2e position avec de très bon indicateurs : 17,5 médecins par tranche de 10 000 habitants (2e du classement), 47,6 membres du personnel paramédical public par tranche de 10 000 habitants (4e du classement), 65,8 lits d’hôpitaux par tranche de 10 000 habitants (4e du classement national).
Enfin, à l’instar des villes de tailles moyennes, les villes des régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra et Oued Ed-Dahab-Lagouira occupent les dernières places du classement. Boujdour ne dispose que de 36 lits, soit un 6,3 lits par tranche de 10 000 habitants, et presque autant de médecins (30 médecins répertoriés). Si on reporte ces médecins sur la population, il n’y a que 5,2 médecins par tranche de 10 000 habitants !  Les chiffres ne sont guère mieux à Dakhla avec seulement 5,4 médecins et 6,5 lits par tranche de 10 000 habitants.