Campagne sucrière record en 2015-2016

La production de sucre blanc a atteint un niveau record de 607 000 tonnes à l’issue de la campagne sucrière 2015-2016, soit une hausse de 19% par rapport à la campagne précédente.

Le taux de couverture des besoins nationaux en sucre s’élève donc à près de 50% contre 42% en 2014/2015. Plusieurs facteurs ont contribué à cette performance : l’augmentation de la superficie emblavée en betterave à sucre qui s’élève à 57 600 ha, ainsi que le soutien à l’amont agricole sucrier pour le développement de la semence monogerme. Ceci, conjugué à la mécanisation, a permis la production de 4,2 millions de tonnes de betterave à sucre, en hausse de 17%. La superficie récoltée mécaniquement est passée de 4 600 ha en 2013 à 18 000 ha la présente campagne, ce qui représente 31% de la superficie globale. Ainsi, une évolution significative des rendements, qui ont atteint 73t/ha, a été constatée. Le rendement sucre à l’hectare a quant à lui enregistré une moyenne de 12 t/ha avec 14 t/ha à Doukkala et 13 t/ha au Tadla, soit un niveau de productivité comparable à celui des grands pays producteurs de betterave à sucre.

Selon le ministère de l’agriculture, «ces résultats ont eu un grand impact socioéconomique sur les régions et ont permis d’augmenter le revenu de l’agriculteur de 16% par rapport à la campagne passée».

Cosumar, en tant qu’agrégateur, en collaboration avec l’ensemble de ses partenaires au sein des Comités techniques régionaux ont pris toutes les dispositions pour garantir le bon déroulement de la campagne écoulée : accompagnement technique et financier des agriculteurs, mise à disposition des intrants et gestion concertée et optimisée de l’irrigation par les ORMVA.

Par ailleurs, la culture de la canne à sucre a fait l’objet d’un programme de relance lancé en 2015 en collaboration avec le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, et ce, en vue de redynamiser la culture de la canne à sucre et d’améliorer son attractivité dans les périmètres du Gharb et Loukkos. Ce plan prévoit la plantation de 4 000 ha par an avec un objectif de rétablir la superficie sous canne à 20 000 ha à l’horion 2019.