Campagne de promotion pour les légumineuses alimentaires

Le fait que l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture ait proclamé 2016 année internationale des légumineuses redonne toute son importance à cette culture.

C’est une coïncidence qui mérite d’être relevée. S’il ne fait plus aucun doute que la saison agricole actuelle sera particulièrement difficile pour les cultures céréalières, les pluies de ce début d’année devraient permettre à certaines cultures printanières de s’en tirer, particulièrement celles des légumineuses. Or, cela tombe dans un contexte idéal vu que l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture a justement proclamé 2016 année internationale des légumineuses.

Une production moyenne de 2,6 millions de quintaux

L’objectif est de sensibiliser l’opinion publique sur les avantages nutritionnels des légumineuses, dans le cadre d’une production vivrière durable, à l’appui de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Dans ce cadre, le consortium Maroc-Inde pour le développement des légumineuses alimentaires et qui regroupe la fondation OCP, l’INRA, l’ICARDA et l’IAV HassanII, a organisé le 6 janvier courant une journée de célébration de cette année spéciale.

L’événement a été consacré à des démonstrations et dégustations des recettes préparées à partir de légumineuses alimentaires telle que les lentilles, pois-chiches, fèves et petits-pois.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au Maroc, les cultures des légumineuses se font généralement sur une superficie moyenne de 385 000 hectares, soit 6% de la superficie agricole globale. Les principales régions sont le Saïss, le pré-Rif, le Gharb et Chaouia. La production moyenne des dernières années est estimée à quelque 2,6 millions de quintaux, pour un rendement moyen de 6 quintaux par hectare. Ce niveau peut facilement être dépassé lorsque la saison agricole est marquée par une intermittence entre périodes humides et périodes sèches, comme ce fut le cas ces deux dernières années.

La fève reste à ce jour le principal produit de cette culture au Maroc, avec une part qui dépasse souvent les 60% de la production totale. Ceci fait en sorte que les importations marocaines de légumineuses sont principalement constituées des autres catégories de légumineuses, particulièrement les lentilles qui constituent en moyenne  50% des importations. A l’export, sur les 70 000 quintaux expédiés, plus de 75% sont constitués de pois-chiches.

Il est par ailleurs à noter que la consommation moyenne de ces produits au Maroc est évaluée à 6 kg par habitant et par an.

La culture des légumineuses présente aussi des avantages indéniables pour les agriculteurs. Elle est en effet réputée être moins énergétivore, plus efficace en utilisation d’eau et émettant moins de gaz à effet de serre. Elle est aussi recommandée comme culture intermédiaire en raison de ses bienfaits sur la fertilité des sols.