Campagne agricole : l’optimisme retrouvé

L’état végétatif des cultures est jugé satisfaisant dans l’ensemble. Le résultat final dépendra des conditions climatiques de mars et avril.

L’espoir renaît après les pluies abondantes et géographiquement bien réparties de ces dernières semaines. Selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, «l’état végétatif des céréales est globalement satisfaisant et évolue favorablement compte tenu des récentes précipitations». Il est indiqué que la moitié de la superficie totale semée (4,78 millions d’ha contre 5,99 millions en 2012-2013) est dans un état végétatif jugé bon ; les 32% sont qualifiés de moyen et les 8%, essentiellement localisés dans les régions de Doukkala-Abda (Hmar), de la Chaouia-Ouardigha (plateau des phosphates), de Marrakech-Tensift-Al Haouz (Skhour Rhamna et Chichaoua) et du Souss Massa-Drâa, sont qualifiés de médiocres. Concernant les cultures fourragères, la superficie emblavée est réduite de 8,2%, à 413 000 ha, dont 43% en irrigué.
Malgré l’arrivée tardive des pluies, le ministère affirme que la campagne s’annonce favorable, comparée à la série des 30 dernières années. Ces précipitations ont un impact visible sur toutes les cultures (céréales, arboriculture…). Elles ont aussi contribué à l’amélioration du couvert végétal des parcours et à l’accélération du rythme d’installation des cultures de printemps, entre autres, le tournesol, le pois chiche et le maïs. Un bémol cependant : pour que le résultat final -céréales principalement- soit réellement bon, il faudrait que les conditions climatiques favorables persistent en mars et avril.

Forte hausse des superficies dédiées aux cultures sucrières

Autre point de satisfaction, les agriculteurs intéressés par les cultures sucrières se montrent optimistes. Pour preuve, les superficies ont nettement augmenté. Celle qui est dédiée à la betterave est en hausse de 44,5% d’une campagne à l’autre, à 53 500 ha, dont 51 300 ha déjà semés à hauteur de 94% en mono germe. Les zones concernées sont principalement localisées dans Doukkala (15 560 ha), Tadla (14 500 ha), El Gharb (11 900 ha), Moulouya (5 935 ha) et Loukkos (3 454 ha). Le ministère assure que les exploitations évoluent favorablement du fait qu’elles sont soit situées dans des zones irriguées, soit dans les régions les mieux arrosées. La situation devrait continuer à s’améliorer des suites des dernières précipitations.

La superficie réservée à la canne a été, quant à elle, multipliée par trois par rapport à la précédente campagne, à 14 615 ha, dont 3 115 ha plantés en automne.