Cà¢pres : le Maroc mise sur la labellisation

La cà¢pre est répertoriée produit de terroir typique dans les régions du Souss, de Doukkala, de Fès et de Taza. L’aire de production de « l’Indication Géographique Cà¢pres de Safi » s’étend sur 16 communes rurales.

Premier producteur et exportateur mondial de câpres, le Maroc est en train de mettre en œuvre tout un programme pour accroître les débouchés à l’étranger. C’est ainsi qu’en plus du plan de réorganisation du circuit d’approvisionnement des conserveurs et de l’accompagnement de ces derniers sur les marchés internationaux, sur lequel sont en train de travailler Maroc Taswiq et la Fédération des industries de la conserve des produits agricoles du Maroc (Ficopam), le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a engagé un programme de labellisation qui s’inscrit dans le cadre du Plan Maroc Vert et conformément à l’application de la loi 25-06 relative aux signes distinctifs d’origine et de qualité (SDOQ) des denrées alimentaires et des produits agricoles et halieutiques.

Selon Khadija Bendriss, chef de la division de la labellisation au sein du ministère, les études régionales d’identification des produits de terroir ont permis de répertorier la câpre comme produit de terroir typique dans 4 régions : Souss-Massa-Drâa (province de Tiznit), Doukkala-Abda (province de Safi), Fès-Boulmane (zone de Zerhoune) et Taza-Taounate-Al-Hoceima (province de Taounate). Des plans d’action physiques et financiers comprenant entre autres l’assistance technique, des études et enquêtes, l’accompagnement des porteurs de projets de labellisation dans l’élaboration des cahiers des charges et la participation aux foires nationales ont été mis en place. La première expérience a été menée dans la province de Safi, première productrice nationale de câpres. Le ministère y a financé le projet de labellisation porté par l’Association provinciale des producteurs de câpres à Safi qui regroupe 6 coopératives câprières parmi les 8 de la province, et inclut également les industriels engagés dans la transformation de câpres, notamment Caprel, la plus grande société d’élaboration des câpres à l’échelle régionale. L’aire géographique de production de «l’Indication Géographique (IG) Câpres de Safi» est située au cœur de la plaine de Abda. Elle s’étend sur 16 communes rurales de la province.

La câpre spontanée de Zerhoune peut prétendre à la labellisation

La particularité de la câpre de Safi est qu’elle a «réputation nationale et internationale de ‘‘câpre de roche’’, synonyme d’une bonne qualité commerciale, à cause de sa texture ferme qui ne ramollit pas en cours de traitement et de stockage», explique Mme Bendriss. Elle insiste sur l’homogénéité de la qualité résultant du fait que le produit est cultivé essentiellement dans la région, contrairement aux câpriers qui poussent spontanément dans les autres régions. Le mode d’exploitation permet ainsi d’étaler les périodes de récolte selon que la variété est précoce ou tardive et d’avoir une plus grande proportion de petits calibres, symboles de qualité. Dans cette région dont les conditions climatiques sont idéales pour le câprier, les superficies qui lui sont réservées sont en extension au détriment des parcours et des céréales. Elles atteignent maintenant 7 000 ha. Corrélativement, la production est passée de moins de 1000 tonnes à la fin des années 1980 à 10 000 tonnes en 2012.

Outre Safi, la câpre spontanée de Zerhoune est identifiée comme un produit de terroir typique. Elle peut aussi être «introduite dans les futurs programmes de labellisation annuelle de la région de Fès-Boulmane, si elle répond aux exigences de la loi 25-06 et si les producteurs en font la demande», précise le chef de la division de la labellisation.