Byod, une nouvelle tendance pour la réduction des coûts informatiques

Le concept est appliqué encore de manière informelle. C’est une solution face à  l’augmentation des budgets de mobilité. La sécurité des données reste l’un des problèmes majeurs auxquels sont confrontées les entreprises.

Byod. Sous ce terme barbare se cache un concept simple qui consiste pour les entreprises à permettre aux employés d’utiliser leurs propres périphériques pour les tâches professionnelles quotidiennes. Le Byod pour Bring your own device, ou littéralement «apportez votre propre terminal», répond aux attentes des utilisateurs qui n’acceptent plus de travailler avec les solutions complètement dépassées que propose leur entreprise depuis qu’ils ont vu mieux ailleurs.

L’employeur en tire cependant de multiples avantages : ne pas acheter ou louer de matériel rapidement obsolète et ne pas le renouveler, ne pas investir dans des suites logicielles coûteuses et les laisser à la charge de l’utilisateur, limiter les coûts d’assistance aux usagers… Face à de tels arguments, le Byod a tendance à se généraliser et est perçu par les DSI comme une solution parfaite face à l’augmentation des budgets de mobilité. Selon le cabinet IDC, le marché en valeur des smartphones a crû de 20% en 2012 tandis que celui des tablettes dépasse les 40%. Cette tendance devrait même se confirmer pour les deux prochaines années à l’heure où le marché des ordinateurs de bureau et des périphériques de stockage est en peine. Cette situation crée un potentiel d’investissement pour les fournisseurs de mobilité qui commencent à prendre conscience du marché juteux que cela peut représenter.

Une solution pour les entreprises dont l’activité requiert une présence constante sur le terrain

Après sa naissance aux Etats-Unis et son adoption par la France il y a 3 ou 4 ans, il commence à être vulgarisé dans les séminaires IT au Maroc. «L’impact sur les entreprises marocaines dépend du secteur. En effet, les grandes entreprises qui ont une forte présence sur le front commercial ou logistique, ou celles dont l’activité exige un contact direct avec le client, ont pris conscience qu’une gestion uniformisée des périphériques mobiles s’impose», explique Ouafa Kathir, directrice régionale d’IDC Nord Afrique et Afrique francophone. Déjà, certains prestataires de services proposent des solutions dédiées. A l’instar d’Intel qui a récemment présenté un système de sécurité pour éviter le vol ou la perte de données professionnelles. Ce dernier point constitue un problème de taille. Il y a aussi le risque d’exposer le système informatique de l’entreprise à des virus ou logiciels malfaisants et celui de perte et de vol du matériel.

Comptes emails, documents confidentiels, contacts et agendas qui tombent entre les mains de personnes malveillantes. Cette éventualité fait craindre à certains DSI la montée du Byod. Les entreprises marocaines ont conscience des enjeux et de ses avantages, et le débat sur la sécurité est déjà engagé afin de prévenir les éventuelles actions néfastes.