Bonne nouvelle, le prix de l’huile baisse à  partir de janvier

Le consommateur tirera profit du repli des cours des matières premières
Le prix avait augmenté de 40 à  45% depuis le début 2007 avant de se stabiliser autour de 17 DH le litre.

Jamais le prix de l’huile de table n’avait connu une telle flambée. Jamais aussi, depuis la libéralisation du secteur, on n’avait annoncé une baisse sur tous les segments (entrée de gamme, moyen de gamme et huile haut de gamme, notamment de tournesol).

Après 15 mois de hausse notable, on s’achemine donc vers une baisse des prix de l’huile de table en janvier 2009. En attendant, ils se stabiliseront durant les deux prochains mois à leur niveau actuel, soit autour de 17 DH le litre. «Les cours des matières premières fléchissent et il n’y a pas de raison pour que les consommateurs n’en profitent pas», expliquent les industriels.

Ces derniers avaient-ils le choix ? Dans l’absolu, oui, mais il faut dire que la pression sur le panier de la ménagère était trop forte pour ne pas faire un geste et que – argument de taille -, pour la première fois dans l’histoire du Maroc contemporain, la consommation globale a baissé de quelque 16%.

Le consommateur a échappé à la hausse prévue en septembre
Rappelons que, depuis le début de 2007, le prix de l’huile de table a augmenté de 40 à 45%, suite à la hausse de 30% des cours du colza, du soja et du tournesol. Au total, il y a eu trois augmentations de prix en 2007 et deux en 2008. Le consommateur a échappé à une troisième révision, qui était prévue en septembre. Eu égard au Ramadan, période de grande consommation, les industriels ont été obligés de surseoir à la décision.

L’engagement est donc pris, mais aucune précision n’est donnée sur l’ampleur de la réduction. «Nous aurons une meilleure visibilité en décembre, au moment d’effectuer les achats pour la production de janvier», indique un industriel.

Il ne manque pas de souligner que, comme pour la hausse, la baisse se fera de façon graduelle et pourrait s’étaler sur les trois ou quatre premiers mois de l’année prochaine si la tendance baissière du cours des matières premières se maintient dans le temps.

Sur ce volet, plusieurs indicateurs portent à croire que ce sera le cas, tout particulièrement pour le soja qui est l’intrant de référence. Premièrement, on retiendra le bon niveau de la récolte sud-américaine, qui doit atteindre 240 millions de tonnes, et également l’augmentation des superficies cultivées dans le Middle-West aux Etats-Unis. De son côté, l’Argentine, troisième producteur, a remplacé le blé par le soja à cause de la sécheresse.

En Chine, quatrième producteur mondial, on table également sur une récolte record, ce qui va réduire ses importations. Celles-ci, à l’instar de la forte demande en provenance de l’Inde, étaient à l’origine du renchérissement du prix des oléagineux. Deuxième facteur explicatif, la baisse du prix du pétrole rend beaucoup moins compétitif le biocarburant produit à partir des oléagineux (colza, tournesol et soja), ce qui devrait faire baisser les cours.