Bombardier Maroc cède ses usines et ses opérations à l’américain Spirit Aerosystems

Trois repreneurs étaient en lice, en l’occurrence le français Airbus, l’anglais GKN et l’américain Spirit Aerosystems. La transaction est censée renforcer les liquidités de Bombardier.

L’annonce datait de mai. Le ministre du commerce et de l’industrie, Moulay Hafid Elalamy, s’exprimant sur la cession projetée des actifs de Bombardier, avait annoncé que trois repreneurs étaient en lice, en l’occurrence le français Airbus, l’anglais GKN et l’américain Spirit Aerosystems. Depuis, le 31 octobre, c’est ce dernier qui a eu gain de cause! De ses quartiers généraux de Montréal, Bombardier a annoncé une entente définitive pour la vente de ses activités Aérostructures à Spirit AeroSystems Holding. Cette décision confirme le choix stratégique de Bombardier de se concentrer sur ses deux piliers en forte croissance, à savoir les trains et les avions d’affaires.

«Les revenus de 2019 pour ces activités devraient être d’environ 1 milliard de dollars et une marge ajustée (RAIIA) générée d’environ 12 %. Sur cette base, la transaction sous-entend un multiple de la valeur d’entreprise par rapport au RAIIA d’environ 10 fois», explique-t-on auprès de l’industriel canadien.
Selon son management, la transaction fait suite à la création de Bombardier Aviation il y a quelques mois et allège son empreinte liée aux aérostructures pour se concentrer sur ses capacités stratégiques situées à Montréal, au Mexique et sur ses activités liées à l’aile d’avion Global 7 500 au Texas. De plus, la transaction est censée renforcer les liquidités de Bombardier alors que l’entreprise progresse vers la phase de désendettement de son plan de redressement. «La clôture de la transaction est prévue au cours du premier semestre de 2020, sous réserve de l’obtention des approbations réglementaires et des conditions usuelles de clôture», informe le management de Bombardier.

Pour Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier, cette transaction est une autre étape stratégique dans la redéfinition de notre portefeuille pour axer nos efforts sur nos solides secteurs d’avions d’affaires et de transport sur rail. «Nous sommes convaincus que l’acquisition par Spirit de ces actifs liés aux aérostructures est la meilleure solution pour nos clients, nos employés et nos actionnaires. Nous nous engageons à assurer une transition harmonieuse et ordonnée», ajoute-t-il.

Pour rappel, Bombardier est un leader mondial de l’industrie du transport, créant des avions et des trains novateurs. Ses produits et ses services offrent des expériences de transport qui établissent de nouvelles normes en matière de confort des passagers, d’efficacité énergétique, de fiabilité et de sécurité. Avec son siège social situé à Montréal, Bombardier possède des installations de production et d’ingénierie dans 28 pays ainsi qu’un vaste portefeuille de produits et services pour les marchés de l’aviation d’affaires, de l’aviation commerciale et du transport sur rail.

Karim Cheikh, Président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS)
Karim Cheikh, Président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS)